Hillary Clinton victime d'une commotion cérébrale

Hillary Clinton a été victime d'une commotion cérébrale après s'être évanouie.
06 août 2015, 15:21
U.S. Secretary of State Hillary Rodham Clinton pauses while delivering a speech after meeting Peru's President Ollanta Humala in Lima, Peru, Monday, Oct. 15, 2012.  Taking responsibility for security at the U.S. consulate in Libya where an attack by extremists last month killed the U.S. ambassador and three other Americans, Clinton said Monday in Lima, that security at all of America's diplomatic missions abroad is her job, not that of the White House. (AP Photo/Karel Navarro)

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton, qui souffre d'un virus gastrique, a été victime d'une commotion cérébrale après s'être évanouie, a annoncé samedi un porte-parole. Il a précisé que la chef de la diplomatie américaine récupérait actuellement chez elle.

Mme Clinton "s'est déshydratée et s'est évanouie, subissant une commotion cérébrale", a indiqué Philippe Reines dans un communiqué.

"Elle récupère chez elle et elle sera suivie régulièrement par ses médecins. Suivant leurs recommandations, elle continuera à travailler de chez elle la semaine prochaine en restant en contact régulier avec le département d'Etat et d'autres responsables", ajoute le texte. "Elle espère être de retour au travail rapidement", précise le porte-parole.

En début de semaine, la chef de la diplomatie américaine avait annulé, en raison d'un "méchant virus gastrique", un voyage prévu au Maroc puis en Tunisie et à Abou Dhabi.

Deux fois par mois

Mme Clinton, âgée de 65 ans, voyage en moyenne deux fois par mois pour des déplacements de plusieurs jours aux quatre coins de la planète. Elle doit quitter son poste en janvier, après quatre années à la tête du premier réseau diplomatique de la planète au service du président Barack Obama.

Compte tenu de sa très grande popularité internationale et aux Etats-Unis, la presse américaine spécule régulièrement sur sa candidature pour la présidentielle de 2016. Mais l'épouse de l'ancien président Bill Clinton assure qu'elle aspire à "arrêter la politique" et à retrouver une "vie privée".