Greenpeace: deux nouveaux recours de militants rejetés en Russie

Les recours de deux autres militants de Greenpeace ont été rejetés vendredi par la justice russe, a annoncé l'organisation écologiste.
11 oct. 2013, 18:06
epa03895017 A handout picture made available on 04 October 2013 shows Greenpeace Artic Sunrise Captain Peter Willcox from the US while leaving the Leninsky District Court of Murmansk charged with piracy in Murmansk, Russia, 03 October 2013. Russian investigators charged all 30 crew members of a Greenpeace ship that served as a hub for a protest against oil drilling in the Arctic with piracy.  EPA/Dmitri Sharomov / Greenpeace ..IMAGE AVAILABLE FOR DOWNLOAD BY EXTERNAL MEDIA FOR 14 DAYS AFTER RELEASE. TERMS OF DELIVERY: NO THIRD PARTIES, NO RESALE, NO ARCHIVE, FOR EDITORIAL USE ONLY, NOT FOR MARKETING OR ADVERTISING CAMPAIGNS. CREDIT-LINE COMPULSORY HANDOUT EDITORIAL USE ONLY/NO SALES

La justice russe a rejeté vendredi deux nouveaux recours des militants de Greenpeace, arrêtés fin septembre dans l'Arctique russe et accusés de piraterie. Quatre autres personnes ont déjà été déboutées dans le cadre de la même affaire.

Le journaliste freelance Kieron Bryan et le militant de Greenpeace Phillip Ball, tous les deux ressortissants de Grande-Bretagne, sont maintenus en détention jusqu'à fin novembre, selon la décision du tribunal régional de Mourmansk, a annoncé l'ONG écologiste.

L'Arctic Sunrise avait été arraisonné mi-septembre par un commando héliporté des garde-côtes russes en mer de Barents (Arctique russe) après que des membres de l'équipage, en canots pneumatiques, ont abordé une plate-forme pétrolière russe et tenté de l'escalader, selon eux, pour y implanter une banderole dénonçant les risques écologiques.

Tout l'équipage du navire, 28 militants de l'ONG, parmi lesquels un Suisse, et deux journalistes freelance. a été placé en détention pour deux mois à Mourmansk. Les 30 membres de l'équipage, dont 26 ne sont pas russes, ont ensuite été inculpés de "piraterie en groupe organisé", ce qui les rend passibles de 15 ans de détention.

Mercredi, le Comité d'enquête russe a annoncé préparer de nouvelles inculpations pour "crimes graves" à l'encontre de l'équipage, en précisant que des "produits stupéfiants" avaient été saisis à bord de l'Arctic Sunrise. Le tribunal régional de Mourmansk a déjà rejeté cette semaine le recours de quatre membres d'équipage de ce navire sur leur incarcération.

Autre plainte contre Greepeace

Par ailleurs, une organisation nommée Oka, présentée par l'agence Itar-Tass comme un mouvement écologiste russe, a annoncé vendredi avoir l'intention de porter plainte pour demander l'interdiction de Greenpeace.

"Des organisations comme Greenpeace, financées par le département d'Etat américain et les services secrets de pays de l'Otan (...) mènent une activité extrémiste voire terroriste contre les entreprises clé de la Russie", a déclaré Oka dans un communiqué cité par Itar-Tass.