Grande-Bretagne: fin prévue des voitures à essence et diesel en 2040

Après la France, c'est au tour de la Grande-Bretagne d'annoncer une fin prévue des moteurs à essence et diesel fixée en 2040. La santé de la population et le changement climatique ont motivé cette décision du ministre de l'Environnement.

26 juil. 2017, 14:46
 Cette pollution tue plus de 40'000 personnes par an dans le pays.

Le gouvernement britannique a annoncé mercredi vouloir mettre fin à la vente de voitures diesel ou essence à partir de 2040. Le ministre français de la transition écologique, Nicolas Hulot, a fixé le même objectif le 6 juillet pour la France.

"Nous ne pouvons pas continuer à utiliser des voitures diesel et à essence, pas seulement à cause des problèmes de santé que cela pose mais aussi parce que leurs émissions signifient une accélération du changement climatique, nuisent à notre planète et à la prochaine génération", a déclaré le ministre de l'Environnement Michael Gove sur la radio BBC 4.

L'objectif est de réduire la pollution au dioxyde d'azote ou NO2, produit en particulier par les voitures et camions. Le Royaume-Uni figure parmi les cinq pays mis en garde en février par la Commission européenne pour la qualité de leur air, avec la France et l'Allemagne.

>> A lire aussi: France: fin de la vente de voitures à essence et diesel d'ici 2040

Plus de 40'000 morts par an

Selon des chiffres officiels, cette pollution tue plus de 40'000 personnes par an dans le pays. Elle provoque également une épidémie de maladies respiratoires, en particulier chez les jeunes enfants. Face à ce constat et saisie par une organisation de défense de l'environnement, la Haute Cour de Londres avait intimé l'an dernier au gouvernement de revoir sa copie concernant les objectifs à atteindre.

Londres prévoit de consacrer 3 milliards de livres (3,4 milliards d'euros) pour son plan d'amélioration de la qualité de l'air, dont 255 millions destinés à aider les municipalités à prendre des mesures pour limiter la pollution automobile en particulier au diesel. Ce carburant émet trois fois plus de NO2 que l'essence.