France: Tariq Ramadan sous la menace d'une troisième inculpation

Tariq Ramadan a été interrogé mardi par des juges parisiens à propos d'une troisième plainte pour viols. L'escort-girl, Mounia Rabbouj, affirme avoir été violée à neuf reprises entre 2013 et 2014.

05 juin 2018, 21:07
L'enquête reposait initialement sur les accusations d'anciennes admiratrices du prédicateur - la militante laïque et ancienne salafiste Henda Ayari et une femme connue sous le pseudonyme de "Christelle".

L'intellectuel musulman suisse Tariq Ramadan était interrogé mardi pour la première fois par les juges parisiens chargés d'enquêter sur les accusations de viols. Elles pourraient lui valoir une troisième inculpation.

Tariq Ramadan, 55 ans, a été écroué le 2 février. Il est actuellement détenu à l'hôpital pénitentiaire de Fresnes, dans la banlieue parisienne, en raison de sa sclérose en plaques. Il a déjà été mis en examen (inculpé) pour deux viols, dont l'un sur personne vulnérable, qu'il nie catégoriquement avoir commis.

L'enquête a démarré en octobre. Elle reposait initialement sur les accusations d'anciennes admiratrices du prédicateur - la militante laïque et ancienne salafiste Henda Ayari et une femme connue sous le pseudonyme de "Christelle". Ces femmes ont décrit des rapports sexuels forcés et accompagnés d'une grande violence.

Robe tachée de sperme

Depuis mars, une troisième plaignante, Mounia Rabbouj, l'accuse des mêmes faits et le parquet de Paris a requis une nouvelle mise en examen. Cette ancienne escort-girl est l'une des protagonistes du procès pour proxénétisme de l'hôtel Carlton aux côtés de l'ancien directeur du FMI, le Français Dominique Strauss-Kahn.

Elle affirme avoir été violée à neuf reprises en France, à Londres et à Bruxelles, de 2013 à 2014. Pour prouver la relation sexuelle avec Tariq Ramadan, elle a versé au dossier une robe noire tachée de sperme. Les résultats des tests ADN sont attendus prochainement.

A l'inverse, la défense affirme avoir déposé lundi "plus de 300 vidéos et plus de 1000 photos" témoignant d'une relation consentie entre l'intellectuel et cette femme. Elle espère ainsi convaincre les juges de renoncer à cette mise en examen.