France-Russie: un activiste de Greenpeace suspendu à la Tour Eiffel

Pour réclamer la libération d'une trentaine de membres de Greenpeace emprisonnés en Russie, un activiste de l'organisation écologiste s'est suspendu à la Tour Eiffel à Paris. Il a été délogé par la pompiers parisiens.
26 oct. 2013, 12:08
Un militant de Greenpeace s'est suspendu samedi à la Tour Eiffel (photo archives), en France, pour réclamer la libération d'une trentaine de membres de l'organisation détenus en Russie.

Un militant de Greenpeace s'est suspendu samedi à la Tour Eiffel, en France, pour réclamer la libération d'une trentaine de membres de l'organisation détenus en Russie. Il a été délogé peu de temps après par les pompiers parisiens.

L'activiste de Greenpeace a déployé une banderole sur laquelle on pouvait lire "Free the Artic 30" (Libérez les 30 de l'Arctique) et "Militants en prison, climat en danger".

"Nous sommes ici pour demander au gouvernement français de faire tout son possible pour obtenir la libération de nos 28 militants et des deux journalistes qui sont incarcérés en Russie depuis maintenant 28 jours", a déclaré sur place Cyril Cormier, de Greenpeace France.

Avec un Suisse

"Le premier ministre (français) Jean-Marc Ayrault doit se rendre en Russie la semaine prochaine. Nous lui demandons de mettre ce dossier à l'agenda" des discussions, a-t-il ajouté. Les deux militants s'étaient introduits dans le monument grâce à une échelle avant l'heure d'ouverture.

L'Arctic Sunrise, un navire de Greenpeace, a été arraisonné le 19 septembre par un commando des forces de sécurité russes après que des activistes ont tenté d'escalader une plate-forme pétrolière du géant Gazprom afin d'en dénoncer les risques écologiques.

Les 30 membres d'équipage, de 18 pays différents, dont un de Suisse, ont été incarcérés à Mourmansk. Ils sont inculpés de "hooliganisme", un crime passible de sept ans de prison en Russie.