France: la grève a déjà coûté "une centaine de millions d'euros", selon le patron de la SNCF

La grève a un coût considérable pour la Société nationale des chemins de fer français (SNCF). Selon son patron, Guillaume Pepy, le mouvement a déjà coûté une centaine de millions d'euros.

09 avr. 2018, 10:22
La grève a un coût considérable pour la Société nationale des chemins de fer français (SNCF).

La grève a déjà coûté "une centaine de millions d'euros" à la SNCF, a déclaré lundi son patron, Guillaume Pepy, sur RMC et BFMTV. Le coût de la grève, "c'est de l'ordre de 20 millions d'euros par jour" pour la SNCF, a déclaré M. Pepy. "C'est l'équivalent de deux autorails neufs par jour."

Ce lundi, la grève est "toujours très suivie, mais il y a quand même plus de trains que la dernière fois", a estimé M. Pepy. "Ce que je constate, c'est que la France n'est pas paralysée", a-t-il affirmé. Mais "les clients sont lourdement pénalisés".

 

 

Il a souligné le préjudice subi par les entreprises ayant recours au transport ferroviaire pour les marchandises: "il ne faut jamais l'oublier, les entreprises industrielles en France sont également pénalisées". "Lorsque des clients de trains de marchandises voient que le fret n'est pas fiable (...) ils passent à la route et c'est très difficile de les faire revenir", s'est-il inquiété.

Au quatrième jour de mobilisation, avec 43% de grévistes lundi parmi les personnels indispensables à la circulation des trains - conducteurs, contrôleurs, aiguilleurs -, le mouvement des cheminots faiblit légèrement par rapport à la première séquence de mobilisation mardi et mercredi derniers (48%). D'après la SNCF, si la mobilisation des conducteurs - 74% de grévistes lundi - est intacte, celle des autres métiers faiblit.