France: il imite une poule pendant le discours d'une députée à l'Assemblée nationale

Le député conservateur français Philippe Le Ray "n'a rien trouvé de mieux à faire que d'imiter une poule" pour ponctuer le discours d'une députée verte à l'Assemblée nationale. Il a été sanctionné pour sexisme.
10 oct. 2013, 07:33
L'incident s'est produit dans la nuit de mardi à mercredi en plein débat parlementaire à Paris. Le député conservateur Philippe Le Ray a imité la poule, alors que la parlementaire verte Véronique Massonneau défendait un amendement. Il est sanctionné pour sexisme.

Un député français a été mis à l'amende pour sexisme mercredi après avoir imité le caquetage d'une poule pendant le discours d'une députée verte à l'Assemblée nationale où les attitudes machistes ne sont pourtant pas rares. Le député fautif, qui s'est excusé mercredi, sera privé d'un quart de son indemnité parlementaire.

L'incident s'est produit dans la nuit de mardi à mercredi en plein débat parlementaire à Paris. Le député conservateur Philippe Le Ray "n'a rien trouvé de mieux à faire qu'imiter la poule", selon les termes utilisés par les écologistes, alors que la parlementaire verte Véronique Massonneau défendait un amendement.

Les écologistes ont dénoncé "une manifestation de sexisme" insultante pour les femmes et pour le travail parlementaire.

Les caquetages s'étant poursuivis durant toute l'intervention de la députée, le président de l'Assemblée nationale, le socialiste Claude Bartolone, a suspendu la séance.

Le député fautif s'est excusé mercredi mais cela n'a pas empêché Claude Bartolone de prononcer "un rappel à l'ordre avec inscription au procès verbal", sanction qui va automatiquement le priver pendant un mois de 1378 euros, soit le quart de son indemnité parlementaire.

En 2012, la ministre française du Logement, l'écologiste Cécile Duflot, avait été accueillie dans l'hémicycle par des sifflets parce qu'elle portait une robe.

"Le machisme prend toutes les formes", a affirmé mercredi la présidente de la commission des Affaires sociales Catherine Lemorton, racontant qu'un élu de droite lui avait décerné le prix des "plus belles jambes de l'assemblée" en 2008 quand elle montait à la tribune. La députée n'a remis une jupe que cet été à l'Assemblée.