France: enquête pour "blanchiment de fraude fiscale" sur la banque genevoise Reyl

Une enquête judiciaire a été ouverte en France, le 31 mai dernier, afin de faire toute la lumière sur les activités de Reyl & Cie, banque genevoise qui détenait le compte de Jérôme Cahuzac.

14 juin 2013, 15:34
Un ex-cadre de l'établissement financier suisse Reyl et Cie et témoin dans l'enquête sur l'affaire Cahuzac, a affirmé jeudi disposer d'une liste "d'une quinzaine" de noms d'ex-ministres ou d'actuels ministres détenteurs d'un compte en Suisse.

Le parquet de Paris a ouvert le 31 mai une information judiciaire contre X visant sur les activités de la banque genevoise Reyl & Cie, a indiqué une source judiciaire. Confiée au juge Renaud Van Ruymbeke, l'enquête a été ouverte notamment pour "blanchiment de fraude fiscale".

L'établissement, qui abritait le compte de Jérôme Cahuzac, est accusé d'avoir utilisé les facilités procurées par l'exercice d'une activité professionnelle, notamment celle de banquier, a précisé cette source, confirmant une information du quotidien "Le Monde".

Un ancien cadre de la banque Reyl, Pierre Condamin-Gerbier, avait déclaré jeudi devant une commission parlementaire détenir une liste "d'une quinzaine" de noms d'hommes politiques français détenant un compte en Suisse. Il avait affirmé que Jérôme Cahuzac n'était qu'un "fusible" dans cettea fafire.

Après sa filiale française, UBS a été mise en examen en France la semaine dernière pour "démarchage bancaire illicite". Les représentants de la banque se sont vu notifier le statut de témoins assistés pour des faits de "blanchiment de démarchage bancaire illicite" et "blanchiment de fraude fiscale".