Ferguson: après les émeutes, places aux manifestations pacifiques

La nuit de vendredi à samedi a à nouveau été calme à Ferguson. Après près de deux semaines d'émeutes violentes, suite à la mort d'un jeune Noir abattu par un policier blanc, les manifestants ont défilé pacifiquement.

23 août 2014, 11:52
Après la violence et les émeutes, c'est dans le calme que les manifestants ont protesté lors des trois derniers soirs.

Pour la troisième nuit consécutive, des manifestations se sont déroulées dans le calme vendredi à Ferguson, dans le Missouri. La petite ville avait été secouée par des affrontements violents après la mort d'un jeune Noir, non armé, abattu par un policier blanc.

Plusieurs centaines de personnes ont défilé dans les rues de la ville près de l'endroit où Michael Brown, 18 ans, est mort le 9 août. Les forces de police présentes sur place ne sont pas intervenues.

En dépit des signes d'apaisement des derniers jours - seules quelques arrestations ont eu lieu mercredi et jeudi - les autorités craignent un regain de tension avant les funérailles de Michael Brown, prévues lundi.

La police de Ferguson, une ville de 21'000 habitants majoritairement afro-américains, a été vivement critiquée, notamment au cours des premières journées de manifestations. Elle avait arrêté plusieurs dizaines de personnes, utilisé du matériel militaire et des méthodes jugées provocatrices.

Dernier épisode embarrassant du dossier: un policier du comté de St. Louis a été affecté à des tâches administratives vendredi après la diffusion d'une vidéo dans laquelle il se vantait d'être un "tueur" et d'avoir "beaucoup tué".

Les tensions raciales persistent

Mercredi, un autre policier de la région avait été suspendu. Il avait pointé sans raison apparente un fusil d'assaut semi-automatique sur un manifestant, tout en l'injuriant.

La mort de Michael Brown et les incidents qui ont suivi ont mis en évidence la persistance de tensions raciales à Ferguson. Dans cette ville, la quasi-totalité des policiers et des responsables politiques sont blancs.

Un "grand jury" de neuf personnes, dont trois Noirs, s'est réuni pour la première fois cette semaine pour étudier le dossier judiciaire de la mort de Michael Brown.