Euro 2016: l'Espagne s'impose de justesse face à la République Tchèque

L'Espagne s'est imposée de justesse ce lundi face à la République Tchèque, sur un score de 1-0. La Roja a du attendre la 87e minute pour concrétiser sa domination, grâce à une tête de Piqué.

13 juin 2016, 16:54
La Roja a dû attendre la 87e pour concrétiser sa domination grâce à une tête de Piqué sur un centre d'Iniesta.

L'Espagne a entamé l'Euro 2016 en battant la République tchèque 1-0 à Toulouse (groupe D). Mais la Roja a dû attendre la 87e pour concrétiser sa supériorité manifeste grâce à une tête de Piqué sur un centre d'Iniesta.

"On a eu un peu de mal en première période, on avait déjà pas mal d'occasions. En seconde période, on a eu de la chance de marquer le but. On s'est appliqué jusqu'au bout, et on a laissé peu de chances aux Tchèques. J'espère que ça va continuer ainsi. On peut continuer tranquillement", a déclaré le seul buteur d'une rencontre à sens unique, ou presque.

Cette victoire a été longue à se dessiner, malgré la nette domination des doubles tenants du trophée. Les Espagnols, avec un Iniesta remarquable à la baguette, ont en effet contrôlé la partie d'un bout à l'autre, mais ils ont peiné à faire plier la défense tchèque et son gardien Cech.

Verrou tchèque brisé

Il a donc fallu une tête du défenseur Piqué, monté renforcer l'offensive des siens, pour briser le verrou tchèque. Avant cette réussite autant tardive que méritée, les hommes de Vicente del Bosque avaient bénéficié de plusieurs occasions, notamment par Morata (16e/29e), Alba (40e/70e) et Silva (41e/73e). Le défenseur Hubnik a aussi failli battre Cech à la 46e, son intervention étant repoussée par le poteau.

Très hermétiques, bien organisés, les Tchèques n'ont que rarement mis le nez à la fenêtre. Mais ils ont néanmoins réussi à inquiéter De Gea à trois reprises, par Necik (45e), Hubnik (57e) et Darida (92e). Le gardien de Manchester United a ainsi justifié le choix de son sélectionneur de le titulariser à la place du monument Casillas.

 

La déception Morata

Choisi pour démarrer à la pointe de l'attaque espagnole, Alvaro Morata a montré que le costume était encore trop grand pour lui. Incapable de trouver la faille face à Cech, le joueur de la Juventus de Turin (23 ans) a même subi le revers d'être remplacé au bout d'une heure (62e) par le vétéran Aritz Aduriz (35 ans). Pas franchement idéal pour se mettre en confiance alors qu'il effectuait sa première apparition dans une grande compétition internationale.

Morata est "l'avenir de la sélection", avait pourtant dit Vicente Del Bosque avant le début de l'Euro. Mais face aux Tchèques, qui ont passé toute la rencontre à défendre, l'attaquant, qui a inscrit 12 buts en 48 matches avec la "Juve" cette saison, s'est montré totalement inefficace malgré plusieurs offrandes.

En 2012, la Roja avait réussi la prouesse de remporter son deuxième Euro consécutif sans avant-centre de métier, après la grave blessure de Villa et la méforme de TorresFabregas évoluant alors dans un rôle de faux numéro 9.

Mais cette fois, pour tenter de conquérir en France une troisième couronne européenne consécutive, Del Bosque a eu le choix et a décidé de miser sur Morata et Aduriz, au détriment notamment de Torres et Diego Costa. Reste à savoir lequel sera choisi pour le prochain match de l'Espagne face à la Turquie vendredi. Pour marquer cette fois.