Etats-Unis: un lycéen tué, le tireur se suicide

Une fusillade a éclaté mardi dans un lycée près de Portland, dans l'Oregon. Un élève a été tué, un enseignant blessé tandis que le tireur, un autre lycéen, s'est finalement suicidé.

11 juin 2014, 07:11
Students look for family members after arriving at a shopping center parking lot in Wood Village, Ore., after a shooting at Reynolds High School Tuesday, June 10, 2014, in nearby Troutdale. A gunman killed a student at the high school east of Portland Tuesday and the shooter is also dead, police said..  (AP Photo/Rick Bowmer)

Un élève a été tué et un enseignant légèrement blessé mardi lors d'une fusillade dans un lycée près de Portland, dans le nord-ouest des Etats-Unis, ont annoncé les forces de l'ordre, précisant que le tireur était mort. De nombreuses unités de police ont été déployées sur place.

Le tireur était un autre élève armé d'un fusil qui s'est suicidé, selon plusieurs médias locaux. La police a de son côté précisé avoir "provisoirement identifié le tireur" mais elle n'était pas en mesure encore de donner des détails sur son identité.

"Un homme armé est entré dans le lycée ce matin et a tiré sur un étudiant. Malheureusement, cet élève est mort", a déclaré Scott Anderson, le chef de la police de la ville de Troutdale, près de Portland, précisant que la situation était désormais sous contrôle.

Un enseignant a également été blessé et soigné sur place, a précisé le FBI, mais sa vie n'est pas en danger.

Mardi matin, des coups de feu ont été entendus vers 08 heures (17 heures en Suisse) dans l'enceinte du lycée Reynolds dans la ville de Troutdale mais une heure après, la situation était rentrée dans l'ordre.

De nombreuses unités de police ont été déployées sur place et les élèves ont été évacués de l'établissement vers un parking pour que les parents puissent les récupérer. Des images des télévisions américaines montraient les élèves quittant, les mains sur la tête, leur lycée.

Phénomène récurrent

Cette fusillade est la dernière en date d'une multiplication récente de ce phénomène aux Etats-Unis. Dimanche, un couple a tué trois personnes, dont deux policiers, avant de se suicider à Las Vegas (Nevada, ouest).

Le 5 juin, une personne est morte et trois autres ont été blessées dans une fusillade sur le campus d'une université de Seattle (Oregon, nord-ouest). Et le 23 mai, un étudiant tuait six personnes dans une université de Santa Barbara (Californie, ouest) et se suicidait.

Barack Obama a appelé après la fusillade de mardi à un "examen de conscience" national sur la violence par armes à feu, avertissant que la fréquence de ce type d'événement atteignait un niveau "jamais vu". Le président américain s'est dit frustré et perplexe de ne pas avoir davantage de soutien pour un contrôle accru des armes à feu.

"Nous sommes le seul pays développé au monde où cela se produit et aujourd'hui ça se passe une fois par semaine", a-t-il ajouté dans un discours qui ne va pas manquer de déclencher l'ire du lobby des armes, la NRA (National Rifle Association). Avec une partie du Congrès, il s'oppose farouchement à un contrôle accru des armes.