Etats-Unis: Trump interdit toute transaction avec le propriétaire de TikTok

Donald Trump évoque une «urgence nationale» en parlant de TikTok, qu’il accuse d’espionnage pour le compte de la Chine. Il a ainsi signé un décret interdisant toute transaction avec son propriétaire.

07 août 2020, 07:59
Donald Trump a mis un peu plus la pression sur TikTok jeudi en signant un décret qui interdit, d'ici à 45 jours, toute transaction avec la maison-mère chinoise du réseau social.

Le président américain Donald Trump a signé un décret jeudi interdisant, d’ici 45 jours, toute transaction avec ByteDance, la maison-mère chinoise du réseau social TikTok.

Le chef de l’Etat évoque une «urgence nationale» au sujet de l’application de vidéos légères qu’il accuse, sans preuve, d’espionner ses utilisateurs américains pour le compte de Pékin, dans un contexte de tensions commerciales et politiques avec la Chine.

Il a accepté lundi la possibilité qu’un groupe américain rachète TikTok, mais avant le 15 septembre, sous peine de bannir la plateforme. Microsoft est en négociation avec ByteDance pour négocier une acquisition à marche forcée.

 

 

L’interdiction porte aussi contre la plateforme WeChat, qui appartient au géant Tencent. «Comme TikTok, WeChat capture automatiquement de larges pans d’information sur ses utilisateurs, menaçant ainsi de donner accès au Parti communiste chinois à des informations personnelles sur les Américains», justifie le décret.

«Risque de sécurité majeur»

Le Sénat américain a aussi adopté jeudi à l’unanimité un projet de loi qui interdit le téléchargement et l’utilisation de TikTok sur tout appareil délivré par le gouvernement à ses employés ou aux membres du Congrès.

«TikTok représente un risque de sécurité majeur et n’a pas sa place sur les appareils du gouvernement», a tweeté le service de presse du sénateur républicain Josh Hawley, co-auteur du texte.

 

 

Après son passage au Sénat, contrôlé par les républicains, ce texte devra encore être approuvé par la Chambre des représentants, à majorité démocrate, pour que Donald Trump puisse ensuite le promulguer.

Mercredi, le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo avait prévenu que les Etats-Unis souhaitaient ban