Etat islamique: veillée de solidarité interreligieuse sur la place Saint-François à Lausanne

Face aux atrocités commises par l'Etat islamique et pour affirmer leur solidarité avec les persécutés, plus d'une centaine de personnes ont participé mardi soir à Lausanne à une veillée de solidarité réunissant chrétiens, musulmans, israélites, bouddhistes et baha'is.

23 sept. 2014, 21:19
Des personnes de toutes confessions se sont rassemblées devant l'église de St-François pour manifester leur solidarité avec les populations persécutées par l'Etat Islamique.

La Communauté des Eglises chrétiennes dans le canton de Vaud (CECCV) et l'association interreligieuse de l'Arzillier (Maison du dialogue) avaient organisé la veillée à la place Saint-François.

Des représentants des chrétiens, musulmans, israélites, bouddhistes et baha'is ont lu à tour de rôle des textes fondateurs. Peu avant 20h00, deux colombes, symboles de paix et d'espérance, ont été lâchées.

Un acte fort
Une déclaration commune, adoptée par toutes les communautés, a été lue sur les marches de l'Eglise par Pascal Gemperli, président de l'UVAM (Union vaudoise des associations musulmanes). "Ensemble, nous affirmons que la persécution des populations en raison de leur appartenance confessionnelle, ne peut en aucun cas être légitimée, ni par nos religions, ni par nos textes fondateurs". Ce rassemblement est "un acte fort", a ajouté le responsable en appelant à faire encore "davantage".

Mardi matin, dans un communiqué de presse, l'UVAM avait condamné "avec la plus grande fermeté" les exactions et les crimes commis par le groupe terroriste DAESH, autoproclamé "Etat islamique". Ce dernier sévit contre les communautés chrétiennes, yézidites, kurdes, turcomanes et persécute les humanitaires, les journalistes ainsi que les musulmans chiites et sunnites.

Contraire à l'Islam
"Cette organisation terroriste n'a rien d'islamique. Elle est en contradiction totale avec les valeurs essentielles de l'Islam qui garantit les droits des minorités et qui oeuvre pour la justice et la paix dans la dignité humaine", souligne l'UVAM.

"Nous refusons toute instrumentalisation de cette tragédie visant à faire l'amalgame entre ce groupe terroriste et les citoyens de confession musulmane" relève l'UVAM. Elle appelle à la solidarité entre les peuples contre "le terrorisme et la barbarie".