Espagnols et Chiliens dos à dos à La Praille

L'Espagne a souffert mardi à Genève pour arracher le match nul face au Chili (2-2). Une réussite de Jesús Navas tombée dans les arrêts de jeu a permis aux champions du monde et d'Europe d'éviter une défaite qui s'était longtemps dessinée.

10 sept. 2013, 22:29
Le Barcelonais Pedro (n° 11) et le néo-Mancunien Jesús Navas fêtent l'égalisation du second nommé.

Un doublé d'Eduardo Vargas avait pu faire croire que les Espagnols, qui alignaient une équipe passablement remaniée, allaient concéder leur première défaite en neuf confrontations face aux Sud-Américains. En refusant d'attendre leurs adversaires dès le coup d'envoi, les Chiliens se sont même montrés les plus séduisants sur la pelouse.

Le Chili, qui pointe tout de même au 21e rang de la hiérarchie mondiale, a offert l'étalage de ses arguments offensifs. Avec un Arturo Vidal omniprésent au milieu de terrain et les appels incessants d'Alexis Sánchez, spécialement motivé à l'idée d'affronter plusieurs de ses coéquipiers du FC Barcelone, l'Espagne s'est même fait souffler la vedette durant la majorité de la rencontre.

En trompant Victor Valdés à deux reprises en première mi-temps (5e/44e), l'attaquant du Gremio (BRE) a fait très mal à une charnière centrale Sergio Ramos - Raul Albiol surprise par deux fois dans son dos. La réduction du score de Roberto Soldado (38e) avait certes relancé les hommes de del Bosque, mais la mainmise sur le jeu était bien chilienne.

Tombée au terme d'une action confuse, l'égalisation espagnole est intervenue en toute fin de match après une ultime poussée des champions du monde. Le secteur espagnol du stade de Genève, qui s'était paré de rouge pour l'occasion (15'635 spectateurs), pouvait ainsi souffler après avoir vu ses protégés se faire malmener durant une bonne partie du match.

En passe de se qualifier pour le Mondial 2014 mais au repos durant cette journée de qualifications, l'Espagne et le Chili en ont profité pour faire quelques tests. Vicente del Bosque surtout, puisque le sélectionneur espagnol était notamment désireux d'offrir du temps de jeu en sélection à Victor Valdés et ''Pepe'' Reina dans la cage de la Roja. Del Bosque avait certes choisi d'aligner Xavi, Ramos et Fàbregas d'entrée, mais avait laissé Casillas, Jordi Alba et Iniesta sur le banc.

A noter que Marcelo Díaz (FC Bâle) a joué l'intégralité du match pour le Chili, couvrant à merveille Vidal au milieu du terrain.