Espagne: les clubs professionnels ont diminué leur dette envers le fisc de 200 millons

Les clubs de foot professionnels espagnols ne doivent plus que 500 millions d'euros au fisc. Ils ont réduit leur dette de 200 millions depuis l'entrée en fonction de l'actuel chef du gouvernement Mariano Rajoy.
07 août 2015, 14:17
Les clubs professionnels espagnols (ici Lionel Messi du FC Barcelone) ont réduit leur dette vis-à-vis du fisc d'environ 200 millions d'euros depuis l'entrée en fonction de l'actuel chef du gouvernement Mariano Rajoy en décembre 2011.

Les clubs professionnels espagnols ont réduit leur dette vis-à-vis du fisc d'environ 200 millions d'euros depuis l'entrée en fonction de l'actuel chef du gouvernement Mariano Rajoy en décembre 2011. Le montant total que doivent encore les clubs à l'Etat est de 500 mio d'euros.

"Au début de la législature, il y avait une dette de plus de 700 millions d'euros au sein des clubs de football et aujourd'hui elle est d'environ 500 millions", a dit le ministre du Budget Cristobal Montoro au micro de la radio espagnole "Onda Cero". "Ce que nous avons fait est exiger qu'ils paient, comme dans n'importe quel secteur d'activité. Les clubs sont des entreprises et ces entreprises n'ont pas à être financées par l'ensemble des Espagnols", a-t-il ajouté.

Le football espagnol, système à deux vitesses où les géants comme le Real Madrid et le FC Barcelone accaparent la lumière et les revenus, a été régulièrement secoué par des problèmes de dettes et d'impayés ces dernières années. En 2011, les joueurs s'étaient mis en grève pour réclamer le versement d'importants arriérés de salaires.

Sur fond de crise économique et de politique de rigueur, la Ligue de football professionnel et le gouvernement ont lancé un système de contrôle financier, mis en place progressivement d'ici 2015 et qui force notamment les clubs à présenter leurs comptes audités et à s'acquitter de leurs obligations vis-à-vis du fisc.

Mais selon le Conseil supérieur des Sports, organe émanant du ministère des Sports espagnol, la dette globale du secteur reste très lourde, à 3,57 milliards d'euros en 2012-2013.