Elle tweete contre l'émir koweïtien: 11 ans de prison

Il ne fait pas bon s'en prendre à l'émir du Koweït... même sur Twitter. Une femme a été condamnée à 11 ans de prison pour des propos insultants contre le leader du pays. C'est la plus lourde peine jamais prononcée en la matière.

10 juin 2013, 17:14
103179075

Un tribunal koweïtien a condamné lundi une femme à onze ans de prison pour des propos sur Twitter jugés insultants envers l'émir. Elle était en outre accusée d'avoir appelé à renverser le régime et de mauvaise utilisation de son téléphone portable, selon une copie du jugement et un militant.

Le jugement prononcé à l'encontre de Houda al-Ajmi par le tribunal a été confirmé par le directeur de l'Association koweïtienne des droits de l'Homme, Mohammed al-Humaïdi, sur son compte Twitter.

Mme Ajmi a rejeté ces accusations. En vertu de la loi, elle peut se pourvoir en appel, puis en cassation contre ce verdict de première instance.

Elle a écopé de cinq ans de prison pour chacune des deux premières accusations et à un an pour la troisième, soit la plus lourde peine de prison prononcée par un tribunal koweïtien dans ce genre d'affaire depuis que le gouvernement a lancé en octobre une campagne de répression contre les militants en ligne.

En vertu du jugement, Mme Ajmi devait commencer à purger sa peine immédiatement. Il s'agit de la première femme au Koweït à être emprisonnée pour des propos sur Twitter. Auparavant, la justice koweïtienne avait condamné deux militantes, poursuivies pour des propos sur Twitter, à des peines de prison plus légères et dont l'application avait été suspendue.

De nombreux opposants ou cyberactivistes koweïtiens avaient été condamnés à la prison pour des propos jugés diffamatoires à l'égard de l'émir de cette riche monarchie pétrolière, en infraction à la Constitution.

Crises politiques à répétition

Début avril, une figure de l'opposition, l'ancien député Mussallam al-Barrak, avait écopé de cinq ans de prison ferme pour la même accusation, une condamnation qui a provoqué des manifestations de ses partisans et des critiques d'organisations internationales de défense des droits de l'homme.

L'émirat a été le théâtre ces derniers mois de manifestations contre un amendement de la loi électorale, contesté par des groupes d'opposition. La Cour constitutionnelle, dont les décisions sont sans appel, doit rendre le 16 Juin une décision sur cet amendement controversé.

Première monarchie du Golfe à s'être dotée d'un Parlement élu en 1962, le Koweït est secoué par des crises politiques à répétition. Il a connu depuis la mi-2006 dix gouvernements alors que le Parlement a été dissous à six reprises.