Egypte: l'Etat islamique revendique les attaques contre les deux églises

L'Etat islamique a revendiqué les deux attentats qui ont fait au moins 43 morts dimanche dans deux églises égyptiennes. Il s'agit de l'une des attaques les plus meurtrières visant la minorité chrétienne en Egypte.

09 avr. 2017, 15:04
La première attaque a visé une église de Tanta, dans le nord du pays.

Le groupe Etat islamique (EI) a revendiqué les attentats qui ont visé dimanche deux églises coptes en Egypte. Il s'agit de l'une des attaques les plus meurtrières visant la minorité chrétienne en Egypte. Le dernier bilan fait état 43 morts dans les deux attaques.

"Des équipes de l'EI ont mené les attaques contre deux églises, à Tanta et à Alexandrie", a indiqué dans un communiqué Amaq, l'agence de propagande de l'EI, information partagée sur les réseaux sociaux.

 

Scènes d'horreur

"Il y a eu une énorme explosion dans la nef", a témoigné une femme présente dans l'église Saint George de Tanta. "Il y avait des flammes et de la fumée partout et les blessures sont très graves. J'ai vu les intestins de blessés et certains avaient les jambes complètement arrachées", a-t-elle raconté à Reuters par téléphone.

Quelques heures plus tard, une autre explosion a eu lieu à l'église Mar Morcos (Saint-Marc) à Alexandrie. Elle a fait 16 morts, dont trois policiers et 41 blessés, selon le ministère de la santé.

A Tanta, des images diffusées par la chaîne de télévision privée Extra news ont montré le sol et les murs de l'église couverts de sang, ainsi que des bancs en bois détruits. Après avoir inspecté les lieux, la police a établi un cordon de sécurité devant lequel plusieurs personnes étaient rassemblées pour crier leur colère, a constaté une journaliste de l'AFP sur place.

Berne condamne 

La Suisse condamne vigoureusement ces deux attaques. Berne transmet ses condoléances aux victimes ainsi qu'aux autorités égyptiennes pour ces attentats revendiqués par le groupe Etat islamique (EI).

Dans une note adressée dimanche après-midi aux médias, le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) fustige ces actes survenus alors que les chrétiens coptes célébraient les Rameaux.