Egypte: cinq tués dans trois attentats avant l'anniversaire de la révolte

Trois attentats visant la police au Caire ont fait au moins cinq morts vendredi. Ce à la veille du troisième anniversaire de la révolte ayant chassé Hosni Moubarak du pouvoir.

24 janv. 2014, 13:04
epa04039011 Egyptian people look at a damaged vehicle parked nearby the police headquarters following a car bomb attack in Cairo, Egypt, 24 January 2014. A car bombing exploded on early 24 January hitting police headquarters in central Cairo, leaving at least three dead, state televisions reported. The attack also injured at least 47, health authorities said. It was not immediately clear if the casualties were policemen or civilians. According to media reports one of the dead was a suicide attacker. The blast damaged the building and an adjoining museum. The bombing came a day after five policemen were killed in an attack in the city of Beni Sueif, south of Cairo. Security personnel have been the target of a series of attacks since the army deposed Islamist president Mohammed Morsi in July. According to media reports, subsequently two more blasts hit a couple of hours later in other parts of Cairo and killing at least one person and wounded 15 more.  EPA/AMEL PAIN

Au moins cinq personnes ont été tuées vendredi dans trois attentats visant la police au Caire. Ces violences sont intervenues en pleine campagne de répression contre les islamistes et à la veille du troisième anniversaire de la révolte ayant chassé Hosni Moubarak du pouvoir.

Peu après l'aube vendredi, un homme a attendu que les policiers lèvent un barrage qui fermait l'accès de la rue menant au siège de la Direction de la police, dans le centre de la capitale, pour précipiter sa voiture bourrée d'explosifs contre la lourde grille fermant l'accès au bâtiment, a indiqué à l'AFP un policier légèrement blessé.

Il n'est pas certain que l'homme était encore au volant quand la bombe a explosé, dévastant la façade de l'immeuble ainsi que celle du Musée des Arts islamiques, en face, où plusieurs pièces ont été détruites, selon le ministère égyptien des Antiquités.

L'attentat a fait quatre tués et plus de 70 blessés, a souligné le ministère de la Santé.

Plus d'un millier de tués

Trois heures plus tard, une bombe de plus faible puissance a explosé au passage d'une voiture de police dans le centre du Caire, tuant un policier et en blessant quatre autres, a ajouté le ministère. Une heure après, un troisième engin a explosé près d'un commissariat, sans faire de tués.

La télévision officielle, citant des témoins, a affirmé de son côté que des hommes armés circulant à moto ont ouvert le feu sur le bâtiment de la police.

Le gouvernement mis en place par le chef de l'armée et homme fort du pays, Abdel Fattah al-Sissi, réprime dans le sang toute manifestation des partisans du président déchu le 3 juillet dernier Mohamed Morsi. Plus d'un millier de personnes ont déjà été tuées et plusieurs milliers d'autres emprisonnées, majoritairement des membres des Frères musulmans, l'influente confrérie de M. Morsi.

Policiers et soldats déployés

Dans le même temps, des dizaines de policiers et de soldats ont été tués dans des attentats, revendiqués pour les plus meurtriers par un groupe de la péninsule du Sinaï s'inspirant d'Al-Qaïda, en représailles selon lui au "massacre" des manifestants pro-Morsi.

Le gouvernement attribue, lui, ces attentats aux Frères musulmans, décrétés depuis quelques semaines "organisation terroriste".

Dans ce contexte, l'Egypte s'apprête à célébrer samedi le troisième anniversaire de la "révolution du 25-Janvier", lancée en 2011. En préparation à cette journée qui s'annonce lourde de périls, policiers et soldats ont été déployés à travers le pays, notamment dans le centre du Caire où se trouve l'emblématique place Tahrir.

Appel du pied du gouvernement

Les pro-Morsi, emmenés par les Frères musulmans, appellent à manifester. Mais le ministre de l'Intérieur a prévenu que les forces de l'ordre riposteraient avec "fermeté" à toute tentative "des Frères musulmans de saboter les cérémonies" et appelé les Egyptiens à descendre massivement dans la rue pour célébrer le 25-Janvier et soutenir le gouvernement.

Vendredi, peu après l'attentat contre la direction de la police, au milieu des débris de verre, de fer et de bois, des dizaines d'habitants étaient réunis pour conspuer les Frères. Plusieurs brandissaient des portraits du général al-Sissi, également vice-Premier ministre et ministre de la Défense, qui ne cache plus ses intentions de se présenter à l'élection présidentielle, promise pour 2014.

Le général al-Sissi et le gouvernement qu'il a mis en place sont très populaires auprès des Egyptiens. Mais d'autres Egyptiens redoutent la répression implacable de toute contestation.