Ecosse: l'indépendance serait refusée selon un nouveau sondage

L'indépendance de l'Ecosse n'est pas encore acquise. Selon un nouveau sondage YouGov pour le "Times" et le "Sun" publié jeudi soir, 52% des Ecossais seraient opposés à la partition. Plusieurs autres enquêtes avaient récemment donné le "oui" à l'indépendance gagnant!

12 sept. 2014, 08:10
Cinquante-deux pour cent des électeurs écossais se prononceront le 18 septembre contre l'indépendance de l'Ecosse, affirme un sondage YouGov pour le "Times" et le "Sun" rendu public jeudi soir.

Cinquante-deux pour cent des électeurs écossais se prononceront le 18 septembre contre l'indépendance de l'Ecosse, affirme un sondage YouGov pour le "Times" et le "Sun" rendu public jeudi soir. Plusieurs autres enquêtes récentes ont en revanche donné le "oui" à l'indépendance gagnant.

"C'est la première fois que les unionistes gagnent du terrain depuis début août", a commenté le président de l'institut YouGog.

La précédente enquête YouGov, publiée au cours du week-end, plaçait le "oui" en tête avec 51%, avec deux points de pour cent d'avance sur le "non", alors que le "oui" comptait encore 22 points de retard début août.

Les Ecossais doivent se prononcer la semaine prochaine sur un référendum qui pourrait aboutir à l'indépendance de cette région rattachée à la Grande-Bretagne depuis 1707 et dont le poids économique est comparable à celui de la Finlande ou de l'Irlande.

La City de Londres tremble

La montée du camp indépendantiste a fait souffler un vent de panique sur la classe politique et fait trembler la City de Londres, faisant chuter la livre sterling et suscitant des craintes de fuites de capitaux hors de Grande-Bretagne.

Le géant bancaire britannique Royal Bank of Scotland (RBS) a prévenu jeudi qu'il déplacerait son siège social en Angleterre si l'Ecosse venait à opter pour l'indépendance.

Pris de court par la perspective d'une victoire des indépendantistes, le chef du gouvernement britannique David Cameron, plutôt discret jusqu'à présent dans la campagne, s'est quant à lui rendu mercredi en catastrophe à Edimbourg pour lancer une supplique aux électeurs.