Droits des enfants: des pays développés ne les respectent pas assez, la Suisse bonne élève

Selon un rapport de KidsRights, plusieurs pays riches ne respecteraient pas assez les droits des enfants. Le Royaume-Uni et la Nouvelle-Zélande sont concernés. Bonne élève, la Suisse prend le troisième rang, derrière l’Islande et le Portugal.

14 mai 2019, 07:18
La Suisse se place à la troisième place de ce classement basé sur des données de l'ONU, qui regroupe 181 pays.

Plusieurs pays développés présentent de graves lacunes dans le respect des droits des enfants, affirme une organisation néerlandaise. Le Royaume-Uni et la Nouvelle-Zélande enregistrent des résultats inférieurs à la Syrie et la Corée du Nord compte tenu de leur richesse économique.

La discrimination dont font preuve le Royaume-Uni et la Nouvelle-Zélande à l’encontre des jeunes migrants, ainsi que le manque de protection offerte aux enfants plus pauvres, les placent en mauvaise position du classement annuel de KidsRights, a indiqué l’ONG de défense des droits des enfants.

Le Royaume-Uni et la Nouvelle-Zélande se placent respectivement à la 170e et 169e positions de ce classement basé sur des données de l’ONU, qui regroupe 181 pays.

 

 

La Suisse troisième

«Bien sûr, la situation au Royaume-Uni est bien meilleure qu’en Afghanistan ou en Syrie mais [le classement, ndlr] est relatif à leur position», a expliqué à l’AFP le directeur de l’ONG. «Compte tenu de leur statut économique et démocratique (…) il est consternant que des pays développés si riches» obtiennent un tel score, a-t-il regretté.

La Thaïlande et la Tunisie se sont placées étonnamment haut, aux 14e et 15e places, car malgré des «ressources limitées». Ces pays «ont tout misé sur la prochaine génération», a-t-il ajouté.

L’Islande arrive quant à elle en tête du classement, suivie du Portugal, de la Suisse, de la Finlande et de l’Allemagne. Les Pays-Bas, la Belgique et la France obtiennent respectivement la sixième, septième et huitième places.

L’Afghanistan ferme la marche, précédé par la Sierra Leone, le Tchad, la Guinée équatoriale et la République centrafricaine.

Pour KidsRights, il est primordial de donner une voix plus importante aux enfants du monde entier. L’ONG a notamment évoqué l’exemple des marches des jeunes pour le climat à travers le globe, initiées par la jeune activiste suédoise Greta Thunberg.