Douze ans après le 11-Septembre, les Etats-Unis ont "toujours mal"

Douze ans après les attentats du 11 septembre 2001, qui avaient fait près de 3'000 morts, les Etats-Unis "ont toujours mal" a déclaré mercredi le président Barack Obama.

11 sept. 2013, 16:55
epa03862726 Tributes to victims are left at the 9/11 Memorial during ceremonies marking the 12th anniversary of the 9/11 attacks on the World Trade Center in New York City, New York, USA, 11 September 2013.  EPA/DAVID HANDSCHUH / POOL

Le président des Etats-Unis Barack Obama a affirmé mercredi que son pays avait "toujours mal" douze ans après les attentats du 11 septembre 2001. Cet anniversaire est marqué notamment par des cérémonies à New York et Washington.

"Nous prions pour tous ceux qui nous ont été enlevés, près de 3000 âmes innocentes", a déclaré M. Obama lors d'une cérémonie au Pentagone, siège des forces armées visé par l'un des quatre avions détournés par des pirates de l'air d'Al-Qaïda.

"Nos coeurs ont toujours mal à cause des avenirs volés, des parents qui auraient connu le bonheur de devenir grands-parents, des pères et des mères qui auraient connu la joie de voir leurs enfants être diplômés, des fils et des filles qui auraient grandi, se seraient peut-être mariés, auraient eu des enfants", a poursuivi le président.

Il avait auparavant déposé une couronne de fleurs blanches à proximité du monument honorant les 184 personnes tuées sur place il y a 12 ans.

La force "ne peut construire le monde"

M. Obama a aussi appelé à "trouver la force de faire face aux menaces qui persistent, même si elles sont peut-être différentes d'il y a 12 ans". "Tant que certains voudront s'en prendre à nos concitoyens, nous resterons vigilants et défendrons notre pays", a-t-il assuré.

M. Obama a aussi appelé à "avoir la sagesse de savoir que si la force est parfois nécessaire, la force à elle seule ne peut pas construire le monde auquel nous aspirons".

Il s'exprimait un peu plus de 12 heures après avoir prononcé un discours solennel sur la Syrie, dans lequel il a accepté de laisser une chance à la diplomatie avant de déclencher d'éventuelles frappes contre le régime de Bachar al-Assad pour le punir d'avoir lancé une attaque meurtrière aux armes chimiques.

Moment de recueillement

Avant d'aller au Pentagone, M. Obama, accompagné de son vice-président Joe Biden et de leurs épouses respectives, avait observé un moment de recueillement sur la pelouse de la Maison Blanche à 08h46 (14h46 heure suisse), l'heure à laquelle le premier avion détourné s'était écrasé contre l'une des tours jumelles du World Trade Center.

Enfin, les proches des victimes se sont une nouvelle fois rassemblés à Ground Zero, dans la ville de New York.