"Disparues de Perpignan": il avoue un meurtre 17 ans après

Rebondissement dans l'affaire des "Disparues de Perpignan". Un magasinier vient d'avouer le meurtre d'une étudiante, 17 ans après les faits.
07 août 2015, 14:20
Un homme de 54 ans a avoué le meurtre d'une étudiante à Perpignan, en France, 17 ans après les faits.

Près de 17 ans après le meurtre d'une étudiante française, un homme a avoué ce crime qui avait secoué Perpignan en décembre 1997, a annoncé jeudi le procureur. Le corps de la jeune fille avait été retrouvé affreusement mutilé.

L'assassin est un magasinier âgé aujourd'hui de 54 ans. Il a déjà été condamné pour des agressions sexuelles. Arrêté mardi, il avait d'abord nié tout lien avec l'affaire des "disparues de Perpignan", l'assassinat de deux jeunes filles en 1997 et la disparition d'une troisième jamais retrouvée.

Mais il a finalement avoué un meurtre, celui d'une étudiante en sociologie de 19 ans. Elle avait été retrouvée mutilée le 21 décembre 1997, au lendemain de sa disparition, près de la gare de Perpignan, dans le sud de la France, selon le procureur de la République Achille Kiriakides.

L'homme "sera mis en examen pour viol avec armes en récidive et assassinat", a-t-il annoncé au cours d'une conférence de presse. "Il encourt la réclusion à perpétuité, il a passé des aveux cette nuit".

Le magistrat a indiqué que l'identification de traces d'ADN retrouvées sur la scène du crime avait été l'élément déclencheur de l'interpellation du suspect. La dépouille de l'étudiante avait été retrouvée en bordure d'un terrain vague, sa poitrine et son appareil génital prélevés de façon quasi-chirurgicale.

Sorties nocturnes

Le suspect est actuellement sans emploi et sans domicile fixe. Il a déjà fait des années de prison pour des agressions sexuelles et violences, dont neuf mois en 2013-2014 pour menaces de mort contre sa concubine dont il a eu deux enfants.

Cette femme, qui a partagé sa vie durant sept ans, a souligné qu'il partait fréquemment la nuit. "On se demandait ce qu'il faisait, on n'a jamais su, à part soi-disant faire le tour de la gare, c'était son lieu favori, toujours l'endroit qu'il a préféré: la gare", a-t-elle dit à la radio.