Deux condamnées à mort exécutés au Japon

Deux condamnés à mort ont été pendus vendredi au Japon, portant le total des exécutions à trois en 2014.

29 août 2014, 07:47
Le Japon et les Etats-Unis sont les seules démocraties industrialisées à appliquer la peine capitale.

Le rythme des exécutions dans l'archipel japonais varie en fonction de l'opinion du ministre de la Justice en poste.  Deux condamnés à mort ont été exécuté par pendaison vendredi. La plus récente pendaison remontait au 26 juin.

C'est la sixième fois que le gouvernement de droite de Shinzo Abe procède à des pendaisons en un an et huit mois. Il reste encore 125 condamnés dans le couloir de la mort au Japon, selon les médias.

En 2011, malgré un large soutien de la population à la peine capitale, le pays n'avait exécuté personne, une première pour une année pleine en près de 20 ans, du fait du refus de parapher des ministres de la Justice de centre-gauche qui s'étaient succédé cette année-là. Mais en mars 2012, les exécutions avaient repris avec la pendaison de trois meurtriers récidivistes.

Erreurs judiciaires

Le Japon et les Etats-Unis sont les seules démocraties industrialisées à appliquer la peine capitale. Cette pratique est en permanence dénoncée par les associations internationales de défense des droits de l'homme.

Même si la peine capitale ne fait pas l'objet de débats passionnés au Japon, le dossier a été alimenté ces dernières années par la révélation de plusieurs erreurs judiciaires ayant conduit au couloir de la mort.

Le cas le plus récent et le plus célèbre concerne Iwao Hakamada, un homme de 78 ans relâché après avoir passé près d'un demi-siècle dans l'attente de son exécution.

Malgré la confirmation de sa peine en 1980 par la cour suprême, la justice a décidé en mars dernier de le libérer en attendant qu'il soit rejugé du fait de doutes nouveaux sur sa culpabilité.