Deux ans de prison pour avoir vandalisé une toile de Rothko

Un juge britannique a condamné à deux ans de prison un jeune Polonais pour avoir dégradé une toile de Rothko exposée à la Tate Modern Gallery de Londres.
06 août 2015, 15:20
Le jeune homme a inscrit son nom dans le coin inférieur droit de la toile.

Un homme a été condamné jeudi à Londres à deux ans de prison pour avoir vandalisé une toile du peintre expressionniste abstrait Mark Rothko. Cette oeuvre est estimée à plusieurs millions d'euros et exposée à la Tate Modern, le musée londonien d'art moderne.

Wlodzimierz Umaniec, connu aussi sous le nom de Vladimir Umanets, avait inscrit en octobre un graffiti à l'encre dans un coin de l'oeuvre de Rothko "Black on Maroon", estimée entre 7,5 et 13,5 millions de francs (entre 8 et 14,5 millions de dollars). Il avait écrit son nom et les mots "12 une œuvre potentielle de yellownisme", du nom d'un mouvement artistique dont il se présente comme l'un des fondateurs.
 
"Votre action le 7 octobre était entièrement délibérée, planifiée et intentionnelle", a déclaré le juge Roger Chapple, qui a qualifié d'"intelligent" le jeune homme d'origine polonaise âgé de 26 ans. Il est "totalement inacceptable de promouvoir (un mouvement artistique) en endommageant une œuvre d'art", qui est un "cadeau à la nation", a-t-il ajouté.
 
La restauration de l'œuvre pourrait coûter environ 200'000 livres (300'000 francs) et durer une vingtaine de mois, selon le procureur.
 
"Black on Maroon" fait partie d'une série de tableaux de grande envergure réalisés par Rothko pour le gratte-ciel Seagram de New York. En 1958, les architectes de la tour avaient commandé ces œuvres pour décorer les murs d'un luxueux restaurant du gratte-ciel. Mais Rothko, pour une raison restée mystérieuse, avait annulé cette commande, restitué les sommes perçues et fait don, notamment à la Tate, des toiles déjà réalisées.
 
Une oeuvre de l'artiste, décédé en 1970, s'est vendue 86,9 millions de dollars (environ 80 millions de francs) aux enchères cette année à New York, ce qui constitue un record pour une œuvre d'art contemporain.