Des milliers de personnes fuient les violences dans le nord-est du Nigéria

Des milliers de personnes fuient les affrontements qui opposent les forces de sécurité à des groupes armés dans le nord-est du Nigéria. Les déplacés affluent notamment vers le Niger, le Cameroun et le Tchad, a affirmé vendredi à Genève le CICR.

23 août 2013, 17:00
98656019

La violence qui se poursuit dans les Etats d'Adamawa, Borno et Yobe, dans le nord-est du Nigéria, entraîne des déplacements de population qui ont des conséquences humanitaires au Nigéria même, mais aussi dans les pays voisins, a indiqué le Comité international de la Croix-Rouge (CICR).

Plusieurs milliers de personnes ont traversé la frontière avec le Niger pour s'installer dans les départements de Bosso, Mainé Soroa et Goudoumaria, et dans la commune urbaine de Diffa, à l'extrême est du pays, à plus de 1300 km de la capitale Niamey, a précisé l'organisation.

La plupart, des Nigériens installés parfois depuis des décennies au Nigéria, ont dû partir précipitamment en laissant tout derrière eux. Totalement démunis, ils sont souvent pris en charge par des familles d'accueil. Cet afflux de personnes fait de l’accès à l'eau, déjà difficile en temps normal, un véritable problème.

Parmi les déplacés qui affluent vers le Niger, on trouve également certains ressortissants du Nigéria, du Tchad et du Cameroun.

Pression supplémentaire

Au Cameroun, les autorités ont accepté l'ouverture d'un camp à Minawaou, dans le nord du pays, à 65 km de la frontière avec le Nigéria. Le transfert des réfugiés vers ce lieu a commencé début juillet, avec le soutien de volontaires de la Croix-Rouge camerounaise. Plus de 800 personnes se trouveraient actuellement dans le camp.

Au Tchad, ce sont plus de 1500 personnes qui auraient traversé la frontière. Parmi elles, une grande majorité de Tchadiens, dont près de 300 enfants qui étudiaient dans des écoles coraniques au Nigéria.

L'arrivée de ces personnes crée également une pression supplémentaire sur une région dont les habitants sont par ailleurs privés de leurs activités commerciales traditionnelles avec le Nigéria.

Quelque 13'000 personnes touchées par les violences dans l'État de Borno, au Nigéria, ont récemment bénéficié d'une assistance sous forme de biens de première nécessité distribués par le CICR avec l’aide de volontaires de la Croix-Rouge du Nigéria.

Par ailleurs, près de 5000 personnes, citoyens nigériens de retour chez eux et ressortissants de pays voisins réfugiés au Niger, ont reçu des vivres et des articles ménagers distribués par le CICR avec l’aide de volontaires de la Croix-Rouge nigérienne.