Des milliers de manifestants contre la monarchie descendent dans les rues de Madrid

Des milliers d'opposants à la monarchie, mobilisés depuis l'abdication du roi Juan Carlos, ont manifesté aujourd'hui à Madrid. Ils réclament le retour à la république, quelques jours avant que le futur roi Felipe VI prête serment.

07 juin 2014, 21:54
Des milliers de personnes manifestent contre la monarchie dans les rues de Madrid.

"L'Espagne, demain, sera républicaine", criaient les manifestants défilant dans le centre de Madrid, dans une nuée de drapeaux rouges, or et violets, les couleurs de la deuxième république espagnole, proclamée en avril 1931 et balayée en 1939 par la dictature franquiste, après trois ans de guerre civile.

Dès le soir du 2 juin, quelques heures après l'annonce par Juan Carlos, âgé de 76 ans, de sa décision d'abdiquer, une vague républicaine a envahi le pays.

Samedi, des dizaines de partis politiques de gauche et organisations citoyennes ont appelé à de nouvelles manifestations, réclamant "Un référendum Maintenant" sur l'avenir de la monarchie et l'instauration d'une troisième république.

Le roi "ne sert à rien"
"Chefs d'Etat par les urnes, pas de naissance", "Les Bourbon, aux élections", "Plus de rois", proclamaient les petites pancartes émergeant de la foule.

"Nous venons parce que nous ne voulons plus d'une monarchie en Espagne", résume Maria Cabrera, une jeune masseuse de 28 ans, venue manifester avec deux amis.

"Le roi ne sert à rien, tout ce qu'il fait, c'est dépenser de l'argent", dit-elle en évoquant le scandale judiciaire dans lequel Cristina, la soeur de Felipe, est inculpée de fraude fiscale.

"Les gens sont fatigués de la corruption, ils veulent pouvoir choisir leur chef d'Etat. C'est plus démocratique, non? ", renchérit son ami Juan, 29 ans, employé dans une société de sécurité.

Un renouveau difficile
En annonçant son abdication, Juan Carlos a souhaité le "renouveau" de la monarchie sous l'impulsion d'une "nouvelle génération".

Il laisse à son fils jusqu'à présent épargné par la chute de popularité qui frappe son père la lourde tâche de redonner une légitimité à la Couronne. Le futur roi Felipe VI prêtera serment, probablement le 19 juin, devant le Parlement.