Des kosovars défient Belgrade et l'UE

Les Serbes du nord du Kosovo disaient «non» à l'autorité du gouvernement kosovar albanais aujourd'hui lors d'un référendum. Ils dénonçaient les concessions faites, selon eux, par Belgrade au profit du Kosovo indépendant sous la pression de l'Union européenne.

14 févr. 2012, 18:51
boris_tadic

Plus de 3000 électeurs du nord, où les Serbes représentent la majorité écrasante, étaient aujourd'hui appelés à répondre à la question: «Acceptez-vous les institutions de la prétendue république du Kosovo installée à Pristina»?

Ce scrutin dont le résultat ne fait aucun doute n'aura aucune conséquence juridique, le représentant spécial de l'UE au Kosovo, Pieter Feith, estimait qu'il s'agissait «plutôt d'un sondage d'opinion».

Les Serbes du Kosovo, de même que la Serbie, ne reconnaissent pas l'indépendance proclamée par la majorité albanaise le 17 février 2008. Ils reprochent à Belgrade d'avoir accepté en mars dernier des pourparlers avec Pristina, parrainés par Bruxelles, tout comme d'avoir conclu plusieurs accords avec le gouvernement kosovar,  «illégitime» selon eux.

«J'ai voté non et je pense que tous les gens vont voter comme ça», a dit Ljuba Savic, 74 ans, après avoir rempli son devoir électoral à Kosovska Mitrovica, ville divisée entre Serbes et kosovars albanais.

Les 82 bureaux de vote répartis dans quatre municipalités devaient fermer à 19h00. Le vote se poursuivra mercredi.

Le scrutin se déroulait sans incident notable par un froid glacial, la police indiquant n'avoir prévu «aucun plan particulier» pour l'occasion.

Le président de Serbie Boris Tadic a affirmé aujourd'hui que le scrutin «nuisait aux intérêts de l'Etat».

«La décision des leaders des municipalités du nord du Kosovo ne fait qu'affaiblir la capacité d'action de l'Etat (...). De cette manière ils n'aident pas l'Etat à défendre les intérêts légitimes au Kosovo», a-t-il poursuivi.

Pour Pristina, il s'agit d'une action qui «n'aura aucune conséquence politique ou légale».

Sur les quelque 2 millions d'habitants du Kosovo, il y a actuellement environ 120'000 Serbes, dont plus de 40'000 dans le nord adossé à la Serbie. Ceux du sud, vivant dans des enclaves entourées par la majorité albanaise, ne participent pas au scrutin.