Réservé aux abonnés

Des archives pour que les crimes de guerre ne restent pas impunis

06 juil. 2016, 23:42
/ Màj. le 07 juil. 2016 à 00:01
Chechen men look at an un-exploded Russian bomb near their house in Argun, 9 miles (15 km) East of Grozny, in the break-away republic of Chechnya, after the latest air-raid by Russian forces, Saturday, Dec. 24, 1994 in Russia. (AP Photo/Alexander Zemlianichenko) RUSSLAND TSCHETSCHENIEN KRIEG 1994

Thomas Paul

En avril 1995, des bombardiers russes ont transformé en champ de ruines la ville de Samashki, dans l’extrême-ouest de la Tchétchénie. Une attaque aérienne et un massacre commis par des militaires russes ont coûté la vie à des centaines de civils. Des archives basées à Berne doivent assurer que les criminels de guerre ne restent pas impunis.

«C’était le 8 avril 1995», raconte Zainap Gashaeva, militante tchétchène des droits humains réfugiée à Berne depuis cinq ans. Celle qui séjournait ce jour-là à Samashki se souvient: les gens sortaient en courant de leurs maison...