Crise migratoire: plus de 1750 migrants secourus mercredi et jeudi au large de la Libye

Ce sont quelque 1750 migrants qui ont été secourus mercredi et jeudi au large de la Libye. Ces arrivées de migrants interviennent alors que Malte s'apprête à accueillir un sommet européen consacré en grande partie à la crise migratoire.

03 févr. 2017, 06:51
Plus de 1750 migrants ont été secourus mercredi et jeudi au large de la Libye. (Illustration)

Plus de 1750 migrants ont été secourus mercredi et jeudi au large de la Libye, ont annoncé les gardes-côtes italiens et des ONG. Vendredi, les 28 dirigeants européens doivent discuter de la question migratoire lors d'un sommet à Malte.

Quelque 450 personnes ont été récupérées jeudi dans cinq opérations distinctes. La veille, plus de 1300 ont été sauvées sur 13 embarcations de fortune, selon les garde-côtes italiens.

A l'aube, le navire Aquarius, affrété par SOS Méditerranée et Médecins sans frontières (MSF), a secouru 100 personnes, dont sept femmes et 41 mineurs non accompagnés, ont annoncé les deux ONG sur Twitter. Récupérés à 22 milles nautiques au large de Sabrata, les migrants, qui n'avaient qu'une vieille boussole et aucun gilet de sauvetage, ont raconté être partis vers 22h00 en compagnie d'autres personnes.

"Fermer"

Ces nouvelles arrivées de migrants interviennent alors que plus au nord, les préparatifs étaient en cours à Malte pour un sommet européen vendredi qui doit être largement consacré à la crise migratoire et au projet européen de soutenir en Libye la lutte contre les passeurs.

Il est "temps de fermer" la voie entre la Libye et l'Italie et cet objectif est "à notre portée", a affirmé jeudi le président du Conseil européen, Donald Tusk.

Le dirigeant européen, qui recevait à Bruxelles le chef du gouvernement d'union nationale (GNA) en Libye, Fayez al-Sarraj, a expliqué que l'UE avait "démontré sa capacité à fermer des routes migratoires". Il faisait allusion au pacte conclu en mars 2016 avec la Turquie ayant considérablement réduit les arrivées de migrants sur les côtes grecques.

Fayez al-Sarraj a lui affiché la bonne volonté de son gouvernement pour contribuer à freiner ce flux et à lutter contre les réseaux de passeurs. Mais "nous espérons que les mécanismes de l'Union européenne pour aider la Libye seront plus concrets", a-t-il souhaité en regrettant des montants d'aide "très petits".

La Commission européenne a offert fin janvier d'ajouter 200 millions d'euros dans son fonds fiduciaire d'urgence pour l'Afrique lancé fin 2015, et d'allouer principalement cet argent destiné au Maghreb à la gestion de la crise migratoire en Libye cette année. L'enveloppe s'ajoute à quelque 46 millions d'euros déjà réservés par l'UE pour l'aide aux migrants en Libye à travers divers instruments financiers.