Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Crise diplomatique: la Chine multiplie les condamnations de citoyens canadiens

Pékin multiplie les condamnations spectaculaires de citoyens canadiens pour contraindre Ottawa à renoncer à l’extradition vers les Etats-Unis de Meng Wanzhou, la directrice du géant des télécommunications Huawei, arrêtée en 2018.

13 août 2021, 00:01
/ Màj. le 13 août 2021 à 06:51
epa09407775 (FILE) - A Canadian flag flies at the Canadian embassy in Beijing, China, 15 January 2019 (reissued 10 August 2021). On 10 August 2021, A Chinese court upheald the death sentence for Robert Lloyd Schellenberg, a Canadian man who was accused of smuggling drugs in China in 2014. EPA/ROMAN PILIPEY

La crise diplomatique entre le Canada et la Chine a atteint un sommet avec la condamnation mercredi matin par Pékin de l’homme d’affaires et spécialiste de la Corée du Nord, Michael Spavor, à onze ans de prison pour espionnage. La veille, son compatriote, Robert Schellenberg, a été condamné à mort pour trafic de drogue, après le rejet de son appel.

Les décisions de Pékin interviennent à un moment clé. Ottawa a procédé à l’arrestation à Vancouver de Meng Wanzhou, la directrice du géant des télécommunications chinois Huawei, le 1er décembre 2018, à la demande de Washington, pour des accusations de fraude. Les Etats-Unis ont demandé son extradition. La Chine a arrêté neuf jours plus tard en représailles Michael Spavor et un ex-diplomate canadien, Michael Kovrig. La justice canadienne doit se prononcer sur l’extradition de Meng Wanzhou dans les prochains jours. «Tout cela fait partie de leur stratégie (la Chine)...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias