Coup d'Etat militaire au Mali: Amadou Toumani Touré renversé

Quelques heures après l'annonce du renversement d'Amadou Toumani Touré, président de l'une des rares démocraties d'Afrique, un mois avant la fin légale de son mandat, des soldats mutins se livraient ce jeudi à des pillages dans le palais présidentiel de Bamako, où des tirs résonnaient toujours.

22 mars 2012, 17:38
137285470

Dans la capitale Bamako, où de jeunes soldats circulant à moto tiraient en l'air, les magasins restaient fermés et les rues étaient désertes après l'annonce du putsch.

Les informations étaient contradictoires sur la situation du président Touré, depuis l'annonce par les soldats, en tout début de matinée, de la prise du pouvoir sur les ondes de la télévision publique. Un conseiller proche du ministre de l'Intérieur a déclaré que le chef de l'Etat avait été escorté jusqu'à un camp militaire, protégé par des gardes au béret rouge. Un autre a démenti l'information, affirmant qu'il n'était pas sur la base.

Les soldats ont trouvé le palais quasiment vide quand ils l'ont investi

Devant les caméras, le groupe d'une vingtaine de putschistes en tenue de combat a lu un communiqué annonçant que le Mali était désormais sous contrôle d'un mystérieux Comité national pour le redressement de la démocratie et la restauration de l'Etat, ou CNRDR. Ils ont annoncé la suspension de la Constitution et la dissolution des institutions.

Les mutins ont justifié ce geste par la mauvaise gestion par le gouvernement civil de la rébellion touarègue dans le nord désertique du pays depuis la mi-janvier, dénonçant «l'incapacité du gouvernement à donner aux forces armées les moyens nécessaires de défendre l'intégrité de notre territoire national».

 

Chronologie

1990 - Une rébellion touarègue éclate au Mali et au Niger contre  l'oppression dont ces populations nomades d'origine berbère se  disent victimes.

Mars 1991 - Le président Moussa Traoré est arrêté par ses propres  soldats; l'armée forme un Conseil de réconciliation nationale (CRN)  que dirige Amadou Toumani Touré, alias «ATT», un officier  parachutiste.

Avril 1992 - Alpha Oumar Konaré, qui a joué un rôle central dans  le soulèvement de 1991, est proclamé vainqueur de la première  élection présidentielle libre de l'histoire du Mali.

Juin 2002 - Amadou Toumani Touré revient au pouvoir après avoir  triomphé dans les urnes.

Juin 2006 - Un accord est conclu entre le pouvoir central et les  rebelles touaregs qui réclament une plus grande autonomie dans les  régions désertiques du Nord.

ATS



Avril 2007 - «ATT» est réélu pour un second quinquennat avec 71%  des voix. Les accusations de fraude lancées par l'opposition sont  rejetées par la Cour constitutionnelle.

Décembre 2008 - Neuf soldats maliens et onze combattants touaregs  sont tués dans l'assaut mené en dépit d'un cessez-le-feu par une  colonne rebelle contre le poste militaire de Nampala, près de la  frontière mauritanienne.

Février 2009 - Quelque 600 rebelles déposent les armes. Le geste  est interprété comme le signe que la pression militaire alliée à une  médiation menée par l'Algérie sont peut-être en train de régler  l'insurrection touarègue.

Fin 2011 - Avec la chute de Mouammar Kadhafi, plusieurs centaines  de Touaregs ayant combattu dans l'armée de l'ex-Guide libyen se  réfugient au Mali.

20 janvier 2012 - L'armée malienne annonce que les forces  gouvernementales ont tué 45 combattants et perdu deux soldats lors  d'attaques rebelles dans deux villes du Nord, Aguelhok et Tessalit,  près de la frontière algérienne; le bilan est contesté par les  rebelles.

19 février 2012 - Le président Touré annonce que le premier tour  de la prochaine élection présidentielle aura lieu le 29 avril malgré  les violences dans le Nord. A 63 ans, il redit qu'il ne briguera pas  un troisième mandat.

22 février 2012 - Le Bureau de coordination des affaires  humanitaires de l'Onu estime que les combats qui font rage dans le  Nord ont déplacé quelque 120'000 personnes, dont la moitié s'est  réfugiée dans des pays limitrophes.

26 février 2012 - En visite à Bamako, le ministre français des  Affaires étrangères, Alain Juppé, en appelle à des négociations. «Il  n'y aura pas de solution militaire», dit-il à l'issue d'un entretien  avec le président Touré.

22 mars 2012 - Des mutins annoncent qu'ils se sont emparés du  pouvoir devant l'incapacité des autorités à mater la rébellion  touarègue dans le nord du pays.