Corée du Nord: l'ex-président Carter présente ses condoléances

Jimmy Carter, ex-président américain, a présenté ses condoléances à la Corée du Nord pour le décès de Kim Jong-Il.

22 déc. 2011, 06:51
jimmy_carter

L'ancien président américain Jimmy Carter a présenté ses condoléances à la Corée du Nord pour le décès de son dirigeant Kim Jong-Il, a rapporté jeudi l'agence de presse officielle nord-coréenne. Il a espéré pouvoir se rendre à nouveau dans le pays communiste.

«Dans un message, Jimmy Carter a présenté ses condoléances à Kim Jong-Un et au peuple coréen à propos de la mort de Kim Jong-Il», a expliqué KCNA, précisant que ce texte avait été envoyé dès lundi, jour de l'annonce du décès du dirigeant.

Fils cadet du numéro un défunt, Kim Jong-Un a été désigné comme son successeur à la tête du régime communiste fondé par son grand- père, Kim Il-Sung.

Jimmy Carter «a souhaité tout le succès à Kim Jong-Un dans sa nouvelle responsabilité de direction, se disant impatient de revenir en République démocratique populaire de Corée», le nom officiel de la Corée du Nord, a précisé KCNA.

Médiateur

Prix Nobel de la Paix 2002, M. Carter s'est rendu à plusieurs reprises au total en Corée du Nord, notamment en 1994 pour jouer les médiateurs entre les Etats-Unis et le Nord à propos du programme nucléaire de Pyongyang.

En août 2010, il s'y était déplacé pour obtenir la libération d'un citoyen américain, Aijalon Mahli Gomes, un professeur d'anglais emprisonné pour être entré illégalement en Corée du Nord depuis la Chine.

Sa dernière visite, en avril dernier, s'inscrivait dans une tournée commune avec trois autres anciens dirigeants étrangers visant à apaiser les tensions entre les deux Corées et à encourager la dénucléarisation.

Eviter tout boulversement

Ce déplacement n'avait toutefois pas débouché sur des résultats probants et la délégation n'avait pu rencontrer Kim Jong-Il ni son successeur désigné Kim Jong-Un.

Les Etats-Unis, alliés de la Corée du Sud et du Japon dans la région, suivent de près le processus de succession à l'oeuvre à Pyongyang, espérant éviter tout bouleversement du régime communiste susceptible d'ébranler la péninsule coréenne.

L'administration du président Barack Obama n'a pas présenté de condoléances formelles pour le décès de Kim Jong-Il, mais la secrétaire d'Etat Hillary Clinton a fait part des «pensées et prières» des Etats-Unis pour la population nord-coréenne.