Réservé aux abonnés

Cinquante ans après son assassinat, JFK reste le plus chéri des présidents américains. Son aura éclipse cependant bien des zones d'ombre. Eclairage d'un historien.

08 oct. 2013, 00:01
data_art_1861256.jpg

Il y a cinquante ans, le 22 novembre 1963, John Fitzgerald Kennedy était assassiné à Dallas. A 46 ans, le président démocrate entrait dans la légende. Mais qui était vraiment cette star de la politique? Pour tenter de cerner le personnage, l'historien Thomas Snégaroff, directeur de recherche à l'Institut de relations internationales et stratégiques à Paris, met en lumière certaines de ses zones d'ombre. Comme Le Caravage, il brosse son portrait en "clair-obscur" (1) , sans idolâtrie ni sensation nalisme, pour faire ressortir l'homme qui se cache derrière la célébrité. Démontant le mythe par un...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois