Chine: premier corps de victime retiré après le glissement de terrain

Un premier corps d'une victime du glissement de terrain, survenu dans le sud de la Chine dimanche, a été retiré de l'énorme amas de boue. Les espoirs de retrouver les 76 disparus vivants sont quasi nulles maintenant.

22 déc. 2015, 14:14
Des secouristes ont retiré le corps de la première victime des décombres de Shenzhen, au sud de la Chine après le glissement de terrain survenu dimanche.

Un premier corps a été retiré mardi de l'énorme amas de boue qui a enseveli dimanche une zone industrielle de Shenzhen, au sud de la Chine. Les espoirs de survie étaient quasi-nuls pour les 76 disparus, renforçant la colère contre les manquements ayant conduit au désastre.

Pelleteuses et autres engins de chantier continuaient à s'affairer sur la montagne de milliers de tonnes de terre et de débris sous laquelle des habitations, des dortoirs d'ouvriers et des usines étaient écrasés, lors de la dernière catastrophe industrielle en date survenue dans la deuxième économie mondiale.

Selon un nouveau décompte, les autorités ont fait état mardi de 76 personnes portées disparues - contre 81 annoncées précédemment -, enfouies sous la terre depuis deux jours.

Des dizaines de pelleteuses

Le corps dégagé mardi matin représente la première mort confirmée de ce désastre de grande ampleur. "Je ne pense pas qu'il y ait une chance de (sauver qui que ce soit)", a déclaré Mme Qin, une volontaire venue tenter d'apporter son concours aux sauveteurs. Avec un groupe de volontaires locaux, elle en a été dissuadée par les autorités.

Quelque 3000 sauveteurs, dont beaucoup ont travaillé sans relâche toute la nuit, utilisaient des dizaines de pelleteuses pour dégager la boue, ainsi que des "détecteurs de vie" et 30 chiens renifleurs, selon la presse chinoise.

Survenue dimanche matin, l'avalanche de terre et de boue rougeâtre s'est abattue sur une zone industrielle de Shenzhen, ensevelissant une trentaine de bâtiments avant de provoquer une explosion de gaz.

Montagne de terre devenue torrent de boue

"Nous sommes très inquiets pour les gens qui habitent autour d'ici. Personne ne nous a jamais dit que c'était une zone dangereuse", a confié une résidente d'un village voisin, horrifiée par les évènements.

Le maire-adjoint de la ville, Liu Qinsheng, a évalué à 38 hectares - la superficie d'environ 60 terrains de football - l'étendue recouverte par la masse de terre, d'une bonne dizaine de mètres de hauteur.

La catastrophe résulterait d'une véritable montagne de terre, issue de travaux de construction et accumulée illégalement, que des pluies récentes ont détrempée, selon une publication du ministère du Territoire et des Ressources.

Ces amas avaient été déposés dans une ancienne carrière, jusqu'à former une monumentale colline de 100 mètres de haut, qui s'est transformée en torrent de boue après les pluies diluviennes de samedi, a expliqué le quotidien officiel Global Times.