Charlie Hebdo: les recherches se concentrent sur deux villages de l'Aisne

La traque aux deux tueurs de "Charlie Hebdo" se poursuit au nord-est de Paris. Les forces spéciales de la police et de la gendarmerie, le RAID et le GIGN, sont déployés. Dans la voiture qu'ils ont abandonnée à Paris, des cocktails molotov et des drapeaux djihadistes.

08 janv. 2015, 22:49
epa04551246 Police officers patrol during the manhunt for the suspects in the shooting attack at the satirical French magazine Charlie Hebdo headquarters on 07 January, in Longpont, near Villers Cotterets, north-east of Paris, Aisne region, France, 08 January 2015.  Police released photos overnight of Cherif Kouachi, 32, and Said Kouachi, 34, warning that they were likely 'armed and dangerous.' Investigators also detained seven people with close links to the suspects for questioning, French media reported. The two suspects were spotted by civilians on the morning of 08 January in northern France.  EPA/YOAN VALAT

22:48 Houellebecq suspend sa promo

Michel Houellebecq "suspend la promotion" de son livre "Soumission", a indiqué son agent François Samuelson à l'AFP. L'écrivain a été "profondément affecté par la mort de son ami Bernard Maris" dans l'attentat contre Charlie Hebdo, a-t-il précisé

22:29 Le GIGN et le RAID vont continuer leurs recherches cette nuit, à l'aide notamment de cinq hélicoptères équipés de caméras thermiques. 

21:32 Selon plusieurs journalistes sur place, les véhicules de la police seraient en train de quitter la zone de Longpont. Les forces de l'ordre n'en sont certainement pas à leur dernier redéploiement... 

19:17 La chasse à l'homme continue à Longpont où de nombreux confrères sont présents.

19:14 «Saïd Kouachi a été formellement reconnu sur photo comme agresseur", a déclaré Bernard Cazeneuve. Selon le ministre de l'Intérieur, c'est sa carte d'identité qui a été retrouvée dans la Citroën noire abandonnée mercredi à Paris.

19:06 Neuf personnes en garde à vue

Selon le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, plusieurs centaines d’appels téléphoniques ont été reçus et quelque 90 témoins interrogés. Saïd Kouachi a d'ailleurs été "formellement reconnu" sur photo comme "agresseur". Neuf personnes sont aujourd'hui en garde à vue. 

19:05 "Pas de lien établi" entre les drames de Charlie Hebdo et de Montrouge

Bernard Cazeneuve a affrimé qu'il n'y a à ce stade pas de lien établi entre les drames de Charlie Hebdo et de Montrouge.

19:00 Des milliers de personnes réunies sur la place de la République à Paris. 

18:40 Une forte présence policière est déployée dans le village de Longpont, indique un journaliste du "Monde" sur Twitter.

18:35 "Libération" hébergera dès vendredi matin la rédaction de Charlie Hebdo, après l'attentat de mercredi, aussi longtemps que nécessaire, a déclaré le directeur opérationnel de Libération, Pierre Fraidenraich

18:34 Le Corps des gardes-frontière en alerte
 
Grâce au système d'information de Schengen, les polices suisses et le Corps des gardes-frontière participent depuis mercredi aux recherches liées à l'attentat perpétré contre "Charlie Hebdo". Ils ont reçu les avis de signalement des suspect présumés et de leur voiture.

Aucune opération de police criminelle n'a toutefois été menée sur sol suisse, a indiqué jeudi à l'ats l'Office fédéral de la police (fedpol). Faute d'indice de menace concrète, l'évaluation de la sécurité en Suisse n'a pas évolué.

Fedpol et le Service de renseignement de la Confédération (SRC) continuent néanmois de surveiller plus particulièrement les candidats au départ au djihad dans les régions de crise au Moyen-Orient, au Proche-Orient et en Afrique.

18:08 Les recherches se poursuivent dans deux villages de l'Aisne

Les recherches du GIGN et du RAID se concentrent à Corcy et à Longpont. Les membres des forces de l'ordre font du porte à porte dans ces deux villages de l'Aisne pour tenter de retrouver les deux frères et les habitants sont retranchés chez eux, indiquent un confrère du Figaro

En tout, 88'000 membres des forces de l'ordre sont moblisés dans toute la France.

17:55 Les quatre blessés graves toujours hospitalisés

L'Agence régionale de santé (ARS) d'Île-de-France, citée par Le Parisien, annonce que les quatre personnes en urgence vitale "ont été opérées dans la soirée et restent actuellement hospitalisées. Sept personnes en urgence relative ont été transportées dans trois hôpitaux ; elles sont toutes à ce jour sorties."

17:28 La radio de l'Etat islamique qualifie les auteurs de la fusillade à Charlie Hebdo de "héros", indique l'AFP.

17:20 Les manifestations de soutien se multiplient également en Suisse. Ici à Genève. 

17:08 La police genevoise a activé jeudi un dispositif visant à augmenter le niveau de protection de certains endroits sensibles du canton. Les mesures consistent principalement à augmenter la visibilité des collaborateurs en uniforme sur les sites sensibles et à forte affluence.

Des patrouilles sont régulièrement effectuées à la gare, l'aéroport et sur les lieux de culte, a indiqué le service de presse de la police.

Outre la visibilité des collaborateurs en uniforme, les patrouilles sur les secteurs à proximité de la frontière ont également été augmentées, de concert avec le corps des gardes-frontière.

Parallèlement, la police a pris contact avec les différentes personnes potentiellement impactées par ces événements, telles que les dirigeants des cercles religieux musulmans, dans un but de dialogue et de prévention, relève Mme Bonfanti.

16:58 Les recherches se concentrent désormais sur la bourgade voisine de Corcy dans l'Aisne, indique Le Figaro. Les forces de l'ordre seraient lourdement armées.

16:39 Le témoignage émouvant de la chroniqueuse Sophia Aram aux victimes de la fusillade de Charlie Hebdo sur les ondes de France Inter.

16:20 Le plan vigipirate maximum est étendu en Picardie

"A la suite des évènements de l'après-midi (jeudi), le premier ministre a décidé d'étendre à la Picardie le niveau alerte attentat du plan Vigipirate", a indiqué le cabinet de Manuel Valls

15:59 Selon LeSoir.be, le groupement Anonymous s'est engagé à venger "Charlie Hebdo" en piratant les comptes. les sites web, les réseaux sociaux ou les messageries des djihadistes.

15:47 Alors que la traque de tueurs s'organise et que la France pleure encore les 12 morts de l'attentat de mercredi et le décès de la policière ce jeudi, la classe politique, qui appelait pourtant à l'unité nationale, se déchire pour savoir si le Front National a sa place dimanche, lors du grand rassemblement républicain organisé à Paris. L'UMP a annoncé sa participation aux côtés du PS, du PC et d'Europe Ecologie-Les Verts.

15:43 350 militaires en renfort en Île-de-France

Le ministère de la Défense a déployé 350 soldats jeudi en Ile-de-France, dont des parachutistes, dans le cadre du plan Vigipirate.

"Nous sommes en cours de renforcement du dispositif Vigipirate déployé dans Paris et son agglomération. Hier matin, 450 militaires étaient déployés (...) suite au passage au niveau attentat du plan Vigipirate, nous avons renforcé dans la nuit ce dispositif de 150 hommes", a déclaré le colonel Gilles Jaron, porte-parole de l'état-major.

"Nous sommes en train de renforcer ce dispositif avec 200 hommes supplémentaires (...) et nous sommes en mesure d'en engager 250 supplémentaires demain si la demande est effectuée", a-t-il ajouté lors du point de presse hebdomadaire du ministère de la Défense.

Au total, 800 militaires étaient donc mobilisés jeudi pour des patrouilles dans les gares, le métro ou devant des bâtiments publics.

15:34 Un envoyé spécial de France Info à Crépy-en-Valois a vu 30 policiers du RAID sortir d'une ferme. Une ambulance est sur place. Un véhicule d'assaut du GIGN et un hélicoptère se trouve du côté de Vauciennes, un village voisin.

 

15:12 "Libération" va accueillir les équipes de rédaction de "Charlie Hebdo".

15:01 Le parquet antiterroriste reprend l'affaire de la fusillade de Montrouge, qui a fait un mort, une policière municipale stagiaire, jeudi matin. 

14:55 Une dizaine de cocktails molotov ont été retrouvés par les enquêteurs dans la voiture abandonnée à Paris mercredi par les auteurs de l'attaque contre "Charlie Hebdo", a-t-on appris jeudi de source proche du dossier. Le véhicule contenait également deux drapeaux jihadistes.

"Cela démontre d'une part leur radicalisation islamiste, et qu'ils avaient peut-être prévu d'autres actions avec ces cocktails", a déclaré cette source. Dans leur fuite après l'attentat, les assaillants avaient abandonné leur véhicule dans le nord-est de Paris, après avoir percuté une automobiliste.

14:52 En Suisse aussi, plusieurs médias ont décidé de réhausser leur niveau de sécurité. On voit ici un fourgon de la police devant le siège de la "Weltwoche", à Zurich.

 

14:44 Le Parisien résume la situation depuis ce jeudi matin en une seule carte:

 

14:31 Selon France 3, qui cite le préfet de l'Oise, les deux terroristes seraient réfugiés dans une maison de Crépy-en-Valois, à quelques kilomètres de Villers-Cotterêts, où ils ont braqué une station-service jeudi matin. La commune est cernée par les forces de police.

 

14:27 Patrick Pelloux, médecin urgentiste et chroniqueur à "Charlie Hebdo", a été l'un des premiers à se rendre sur la scène du massacre. Il témoigne, en larmes, sur le plateau d'iTélé.

 

14:12 Alexandre Pouchart, journaliste au "Monde" publie sur Twitter cette photo, la première, de l'intérieur de la salle de rédaction de "Charlie Hebdo", couverte de sang. En lien, l'article de sa collègue Soren Seelow, sur le déroulement des événements. Et ce passage, glaçant: A Sigolène Vinson, ils ont dit, un canon sur la tempe: "Toi on te tuera pas, car on ne tue pas les femmes, mais tu liras le Coran."

 

 

14:02 Les deux suspects recherchés pour l'attentat contre "Charlie Hebdo" ont été repérés jeudi à la mi-journée près de Villers-Cotterêts (Aisne, nord-ouest de Paris), a-t-on appris de sources policières. Un déploiement du Raid et du GIGN est actuellement en cours dans cette zone.

Les unités d'élite de la police et de la gendarmerie nationales "sont positionnées pour vérification d'objectifs dans cette zone, où a été abandonnée la voiture utilisée par les deux suspects, identifiés par un témoin", a expliqué une source policière.

Les deux hommes ont été repérés jeudi matin par le gérant d'une station-essence au sud de cette localité à quelque 80 km au nord-est de Paris, qui après avoir été victime d'un vol, selon la même source, a "formellement reconnu" les deux hommes, "cagoulés, avec kalachnikov et lance-roquettes apparentes".

A la mi-journée, cette station-service Avia, nommée le Relais du Moulin, située en rase campagne, au bord de la Nationale 2 à quatre voies, était complètement bouclée par les forces de l'ordre, a constaté un journaliste de l'AFP. De nombreux gendarmes en tenue étaient déployés devant la station, et la presse tenue à distance.

 

La photo de nos confrères du "Figaro".

 

13:51 Le prochain numéro de "Charlie Hebdo", qui paraîtra donc mercredi prochain, sera tiré exceptionnellement à 1 million d'exemplaires, selon Les Echos! L'Etat français et le fond "innovation numérique" de Google, vont apporter une aide de 600'000 francs.

13:48 Londres renforce sa sécurité aux frontières

 Londres a annoncé jeudi le renforcement des mesures de sécurité à ses frontières, y compris dans les ports et aux points de contrôle britanniques en territoire français, en réaction à l'attaque de mercredi au siège de "Charlie Hebdo". Londres a également dépêché un expert de l'antiterrorisme à Paris.

Le renforcement de la sécurité est une mesure prise à titre de précaution. Elle ne s'appuie pas sur des renseignements en particulier et le niveau d'alerte reste inchangé au Royaume-Uni, à savoir un cran au-dessous du niveau maximal, a déclaré à la presse une porte-parole du Premier ministre David Cameron.

"A titre de précaution, nous avons renforcé la sécurité aux frontières. Par exemple les passagers dans les ports assisteront à davantage de fouilles de voitures et de camions, à un contrôle renforcé des marchandises. Ils constateront aussi une présence plus visible (des forces de sécurité)", a-t-elle dit.

13:34 Le troisième suspect, Hamyd Mourad, 18 ans, qui s'est rendu spontanémement à la police, est toujours en garde à vue. Il est le beau-frère de l'un des deux tueurs. Mais, dans son entourage, dans son lycée, un mouvement s'est rapidement mis en place pour clamer son innocence, avec le hashtag #MouradHamydInnocent. Ses camarades assurent qu'au moment des faits, il était en classe avec eux.

 

13:29 Les deux suspects, Chérif et Saïd Kouachi, étaient connus des services de renseignements français. En 2005, déjà, le magazine "Pièce à conviction" de France 3 leur consacrait un reportage. Chérif était alors suspecté d'avoir voulu partir en Irak pour participer au Djihad. Il avait intégré la filière des Buttes-Chaumont.

 

13:15 Le massacre de "Charlie Hebdo" agite les réseaux sociaux, évidemment. Martin Grandjean, chercheur à l'Université de Lausanne en histoire intellectuelle et analyse de réseau, a publié ces statistiques sur son compte Twitter.

 

13:06 Selon Emilie Baujard, journaliste chez RTL, la station-service qui a été braquée ce jeudi matin par les deux terroristes présumés, au nord-est de Paris, est totalement bouclée par les forces de l'ordre. Le gérant est, pour l'heure, le seul témoin fiable de la police.

 

13:04 Un homme armé aurait été aperçu dans le quartier de la Défense à Paris. Les personnes qui y travaillent sont invitées à rester dans les bureaux.

12:58 Alors que des centaines de dessinateurs à travers le monde ont rendu hommage à leurs collègues, ce jeudi matin, c'est l'un de leur père à tous, Uderzo, le papa d'Astérix et Obélix, qui y va de son coup de crayon.

 

12:48 On a beaucoup parlé, mercredi, des 4 dessinateurs stars tués dans ce terrible attentat. Aujourd'hui, de nombreux internautes ont publié la liste des 12 noms.

 

12:45 Les infos, minute par minute, de nos confrères de France 24:

 

12:39 Les drapeaux de l'ambassade de France à Berne sont en berne.

 

12:34 A Auxerre aussi, des centaines de gens se sont réunis pour respecter une minute de silence sur les coups de midi.

12:32 Une vidéo amateure de la fusillade de Montrouge qui a éclaté ce matin et qui a causé la mort d'une stagiaire de la police municipale.

 

12:23 Toutes les portes de Paris sont bloquées. On attend les deux forcenés qui semblent faire route vers la capitale, pour ce que certains spécialistes estiment être un "assaut final".

12:15 Les journalistes du monde entier continuent de témoigner leur solidarité. Ici, en Slovénie.

 

Ici, aux Pays-Bas, dans la rédaction du "Telegraaf"

12:14 Les policiers français, sont sous le choc. Ils ont désormais perdu trois des leurs.

 

12:09 "Charlie Hebdo" paraîtra la semaine prochaine

Un chroniqueur de "Charlie Hebdo", Patrick Pelloux, a assuré jeudi que l'hebdomadaire satirique paraîtrait mercredi prochain. 

"On va continuer, on a décidé de sortir la semaine prochaine. On est tous d'accord", a indiqué M. Pelloux, également médecin urgentiste, précisant que l'équipe du journal devait très prochainement se réunir. "On va le faire chez nous, on va se débrouiller", a-t-il ajouté, précisant que les locaux du journal n'étaient pas accessibles pour les besoins de l'enquête.

"C'est très dur, on est tous avec notre peine, notre douleur, nos peurs, mais on va le faire quand même parce que ce n'est pas la connerie qui va gagner. Charb (directeur de la publication, tué mercredi dans l'attaque) disait toujours que le journal devait sortir coûte que coûte", a-t-il continué d'une voix blanche.

L'équipe restante de "Charlie Hebdo" se réunissait à midi sur l'avenir du journal, a expliqué de son côté Gérard Biard, rédacteur en chef de l'hebdomadaire. "Il y aura quelque chose" la semaine prochaine, "on ne sait pas encore sous quelle forme", a-t-il dit.

12:08 La BRI a investi un hôtel de Châtillon, selon BFMTV.

12:07 Il semblerait que les deux suspects fassent route vers Paris.

12:06 Un appel à la vigilance est lancé aux forces de l'ordre de l'Île-de-France. Chaque policier est une cible potentielle.

12:03 Sur la place du Capitole à Toulouse, des milliers de personnes entonnent une "Marseillaise".

12:00 La France s'arrête pour une minute de silence, en hommage aux 12 victimes. Le glas sonne dans les églises du pays.

 

 

11:53 La tour Eiffel s'éteindra à 20 heures pour rendre hommage aux victimes.

 

Le premier syndicat de pharmaciens d'officine, la FSPF, a appelé ses adhérents "à éteindre les croix et enseignes" à midi, en hommage aux victimes de l'attentat contre Charlie Hebdo.

11:47 Minute de silence

 

Le Medef "se réunira dans le hall du siège à Paris pour observer une minute de silence" à midi, à la mémoire des journalistes et policiers tués dans l'attaque contre Charlie Hebdo. Son président, Pierre Gattaz, avait tweeté hier soir depuis Las Vegas, où se tient le salon international de l'électronique :

 

Le Conseil français du culte musulman (CFCM), instance représentative de la communauté musulmane, a également invité les fidèles à observer jeudi à midi (11H00 GMT) la minute de silence prévue en France à la mémoire des 12 victimes de la tuerie, dans le cadre du deuil national décrété par François Hollande. Ils sont aussi invités à participer au grand rassemblement national prévu dimanche à Paris, rapporte Le Figaro.

11:39 Les deux suspects ont été localisés dans l'Aisne

Les deux suspects, Chérif et Said Kouachi, auraient été repérés dans l'Aisne, en Picardie, selon Le Parisien, à proximité de Villers-Cotteret, sur la RN2. 

Les deux hommes, correspondant au signalement des deux suspects en fuite, circulaient à bord d'une Renault Clio blanche selon le Parisen, grise selon BFMTV, aux plaques minéralogiques masquées et portaient des cagoules. Des armes longues étaient visibles à l'arrière du véhicule. Ils circuleraient en direction de Paris.

Le gérant d'une station-essence à proximité de Villers-Cotterêt a "formellement reconnu les deux hommes, a expliqué une source proche du dossier. "Les deux hommes sont cagoulés, avec kalachnikov et lance-roquettes apparentes", a confirmé une autre source.

11:38 Hommage jusque sur les routes

 

11:21 "Charlie Hebdo" sera fait citoyen d'honneur de Paris vendredi.

 

11:17 Une minute de silence sera observée sur tous les terrains de football de France lors des rencontres des compétitions nationales, régionales et départementales du week-end, a annoncé jeudi la Fédération française de football (FFF).

11:10 Suite aux interpellations de la nuit dernière, cinq personnes ont été placées en garde à vue, selon France3 Champagne-Ardenne. Parmi ces suspects se trouvent également la sœur et le beau-frère (son mari) des Kouachi ainsi que la femme de Said Kouachi, rapporte Le Figaro.

11:05 La BRI s'apprête à intervenir à Montrouge, où la seconde fusillade a eu lieu. On entend des rumeurs de tireurs retranchés.

 

10:46 La policière municipale victime d’un tir dans le dos ce matin est décédée selon BFMTV.

10:42 La voiture du suspect de la fusillade de Châtillon a été retrouvée. L'homme est toujours en fuite.

10:41 Les journaux danois ont peur

"Il va de soi que c'est un évènement absolument terrible", a déclaré Kurt Westergaard, caricaturiste danois et auteur d'un dessin de Mahomet en 2005. Invité d'Europe 1, le dessinateur a ajouté : "c'est quelque chose d'horrible qui s'est produit, je crois que l'ensemble des médias sera traversé par une véritable onde de choc suite à cet événement, comme le sont mes propres concitoyens au Danemark qui eux-mêmes sont effrayés, les médias danois ont peur également".

"Ceci étant dit, il faut lutter contre cette peur, a-t-il poursuivi. Il faut faire preuve, en un certain sens, d'une certaine autocensure de ses propres sentiments comme j'ai pu le faire moi-même par le passé et pendant de longues années. Je sais ce qu'il en coûte. Nous ne pouvons pas vivre avec cette autocensure ou cette censure permanente"

10:38 En plus de la fusillade de Châtillon, plusieurs incidents se sont produits en France depuis l'attentat de "Charlie Hebdo":

Une mosquée de la ville du Mans a été visée, mercredi vers 00h30, par un jet de grenade, indique Le Maine libre. C'est une grenade à plâtre qui a été lancée dans le lieux de culte. Une vitre a, par ailleurs, été perforée par une balle, qui a fini sa trajectoire dans une cloison, indique le journal local. Trois autres grenades intactes ont été retrouvées.

Mercredi soir à 20 heures, dans l'Aude, deux coups de feu auraient été tirés sur une salle de prière à Port-la-Nouvelle. Aucun blessé n'est à déploré. La salle est fréquentée par trente à cinquante fidèles. Il n'y a eu aucune interpellation.

A 6 heures, ce jeudi matin, une explosion d'origine criminelle s'est produite à Villefranche-sur-Saône (Rhône) devant un restaurant kebab près de la mosquée sans faire de victime.

 

10:35 Pràvu initialement samedi, le grand rassemblement d'hommage se déroulera finalement dimanche, a annoncé Matignon. 

Interrogé sur son éventuelle participation, Nicolas Sarkozy a répondu "si les conditions sont réunies nous appellerons à participer à la manifestation".

10:27 Pierre-Olivier Sur, bâtonnier de l'Ordre des avocats de Paris,  a appelé tous les avocats à venir en robe noire dans la salle des pas perdus à 11h45, au Palais de justice en hommage aux victimes de l'attentat au siège de Charlie Hebdo mercredi, rapporte Le Figaro.

10:20 Trois coups de feu auraient été tiré à la porte de Châtillon.

 

10:10 "Ces individus avaient fait l’objet de surveillance. Leur statut n’était pas judiciarisé (il n’y avait pas de procédure judiciaire en cours les visant). Il n’y avait pas d’élément les concernant témoignant de l’imminence d’un attentat", explique Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur, au sujet des deux suspects, sur Europe 1. "Nous prenons 100% de précaution, mais (...) ce n’est pas le risque zéro", ajoute le ministre au sujet de la prévention des attentats sur le territoire français. "Nous sommes face à un risque exceptionnel qui peut conduire à d’autres manifestations de violence", rapporte encore Libération.

10:08 L'auteur de la fusillade au sud de Paris en fuite, affirme le ministre de l'Intérieur. Un suspect avait été interpellé peu avant 9 heures. Mais le doute planait car l'individu de 52 ans avait été arrêté sur la base de sa ressemblance avec le tireur, relate Le Figaro.

10:05 Dans leurs articles de mercredi consacrés à la tuerie, plusieurs médias américains et anglais ont flouté les dessins qui se moquaient de l'islam, rapporte Slate. Le quotidien anglais The Telegraph a ainsi publié une photo d'une lectrice lisant le numéro controversé de Charlie Hebdo intitulé "La vie de Mahomet" avec un dessin pixelisé. L'article a depuis été retiré du site. Même processus du côté du New York Daily News avec une photo de Charb, brandissant un numéro de "Charlie Hebdo".

 

09:50 La ministre française de l’enseignement supérieur, Najat Vallaud-Belkacem, a envoyé jeudi matin une lettre à tous les enseignants du pays les invitant à  parler de la liberté d’expression  "aujourd’hui ou dans les jours à venir" à leurs élèves, qu’ils soient lycéens, collégiens ou écoliers, en fonction des questions posés par les jeunes et du degré de maturité de chacun.

 

09:44 Le contexte de la fusillade de la porte de Châtillon se précise.

 

09:42 Manuel Valls demande aux médias de faire preuve de prudence dans l'enquête sur l'attaque contre Charlie Hebdo.

09:41 Nicolas Sarkozy vient d'arriver à l'Elysée pour une rencontre avec le président François Hollande.

 

09:36 Dans un communiqué, "Le Canard Enchaîné" se dit "en état de choc":

09:35 Le témoignage de la femme de Georges Wolinski:

"Mon mari est mort avec ses camarades, avec ses frères, comme il disait de Cabu,  au service de sa chère liberté pour laquelle il s'est toujours, toujours battu, je peux estimer qu'il est tombé au champ d'honneur de sa profession", a confié Maryse Wolinski, la veuve du dessinateur, sur RTL. "Ce qui s'est passé hier, c'est une guerre contre la liberté. Et cette guerre, nous devons la gagner", a-t-elle souligné. 

Et d'ajouter : "George n'était pas conscient, parce que mon mari n'était pas conscient de ce genre de chose, il allait de l'avant, il fallait se battre, il se battait avec ses dessins, avec son crayon penché sur sa table à dessin".

09:33 Les témoins de la fusillade n'ont entendu ni cri ni revendication.

 

09:28 Il semblerait que la personne interpellée n'ait aucun rapport avec la fusillade. La confusion règne du côté de la porte de Châtillon.

 

09:25 Selon BFMTV, un accident de voiture serait à l'origine de la fusillade porte de Châtillon. Les policiers municipaux seraient intervenus. A cet instant, un homme en noir serait sorti d'une clio blanche, et aurait tiré sur les policiers. Il était porteur d'un gilet pare-balles et d'un fusil mitrailleurs et a tiré à 8h19 exactement, blessant l'un des deux policiers dans le dos. Les pompiers viennent de repartir des lieux avec l'un des blessés.

09:16 Le ministre de l'Intérieur est arrivé sur le lieu de la fusillade à Montrouge (92). Un homme armé a été interpellé. L'un des policiers se trouverait dans un état critique, l'autre serait très choqué, selon Le Monde.

 

09:03 Chérif Kouachi, l'un des principal suspect, avait été l'objet d'un reportage de l'émission Pièces à convictions, en 2005, rapporte Metronews. La vidéo a ressurgi cette nuit, à la faveur de l'actualité. Un reportage de l'émission Pièces à convictions, datant de septembre 2005, consacré au chef d'une filiale de recrutement parisienne, Farid Benyettou. Cette filiale, Chérif Kouachi, l'un des deux suspects activement recherché après l'attaque mortelle de CHarlie Hebdo mercredi matin, en a fait partie. Il a même été condamné, en 2008, à trois ans de prison, dont dix-huit mois avec sursis, pour avoir encouragé des jeunes à partir au djihad.

 

09:00 Selon Le Figaro, un homme aurait été appréhendé, dans le cadre de cette 2e fusillade.

08:57 Des coups de feu ont été tirés à la porte de Châtillon, rue Pierre Brossolette à Montrouge (Hauts-de-Seine), au sud de Paris.  Deux policiers municipaux sont "à terre", selon une source policière. Le tireur a pris la fuite dans le métro. On ne sait pas encore si cette affaire a un rapport avec la fusillade de Charlie Hebdo, rapporte BFMTV.

08:28 Patrick Pelloux, chroniqueur à "Charlie Hebdo", témoigne les larmes dans la voix sur les ondes de France Inter. Il aurait du participer à la séance de rédaction mercredi matin, durant laquelle Charb et ses collaborateurs ont été abattus. En séance ailleurs dans Paris, il a alors reçu l'appelle d'un collègue. "Viens on a besoin de toi, ils ont tiré", j'ai cru que c'était une blague", relate-t-il. "Je m'exprime mal, je vous prie de m'excuser", dit-il encore.

Mercredi soir, il avait publié ce message:

 

08:18 La police touche-t-elle au but? "Il y a eu des interpellations, des gardes-à-vue dans l'entourage de ces terroristes probables", affirme le Premier ministre français au micro de France Inter.

Outre Hamyd Mourad, 18 ans, l'un des trois suspects de la fusillade, les six autres personnes sont des proches ou des membres de l'entourage des deux principaux suspects, identifiés par la police comme étant les frères Chérif et Said Kouachi.

L'une de ces personnes a été interpellée à Charleville-Mézière, quatre l'ont été à Reims et une dernière a été arrêtée mercredi à Genevilliers par la brigade anti-gang, précise-t-on de mêmes sources.

08:15 Sept membres de l'entourage des auteurs présumés de l'attaque contre Charlie Hebdo sont en garde à vue jeudi matin, a-t-on appris de source judiciaire.

08:13 Plus de 800 militaires supplémentaires seront déployés dans la capitale française, rapporte France Inter.

08:08 L'un des frères aurait laissé tomber sa carte d'identité dans la voiture dans laquelle les suspects ont pris la fuite. Une fois découverte par les forces de police, la carte aurait permis aux forces de l'ordre de remonter jusqu'aux deux frères et à leur domicile de Reims.

08:06 Selon le Premier ministre Manuel Valls, les suspects "étaient connus des services donc ils étaient suivis. Nous faisons face à une menace terroriste sans précédent, intérieure et extérieure (...) Nos services ont contrarié des projets d'attentat mais ce sont des centaines d'individus qui sont suivis (...) Il n'y a pas de risque zéro".

08:04 L'enquête se poursuit à Reims. Des dizaines d'habitants du quartier Croix-Rouge se sont rassemblés devant l'immeuble qu'habitaient les deux frères. Ils sont décrits comme des gens normaux, "qui allaient à la mosquée mais n'y passaient pas leur vie", selon le journaliste de France Inter dépêché sur place. Selon les voisins, les deux frères auraient passé au moins six mois dans un pays hors de l'Europe, en 2012, a priori au Moyen-Orient.

08:00 Le plan vigipirate implique la surveillance des organes de presse, les lieux de culte et les transports, ainsi que les grands magasins, où 140 000 personnes sont attendues ce mercredi pour le premier jour des soldes (100 000 un jour ordinaire). Par ailleurs la mairie de Paris a annulé toutes les sorties scolaires de ce mercredi après-midi, rapporte Le Parisien.

07:53 "Il faut que "Charlie" sorte mercredi prochain c'est nécessaire", estime Philippe Val.

07:48 "Je ne sais pas comment on va faire pour vivre avec ça dans la tête dans les jours qui viennent", dit Philippe Val, l'ancien directeur de "Charlie Hebdo" au micro de France Inter. La voix est chargée d'émotion.50

07:41 France Inter rapporte que les patrons de presse se sont réunis mercredi. Leur but: permettre la publication de la prochaine édition de "Charlie Hebdo".

07:25 Une journée de deuil national, qu'est-ce que cela implique?

la décision de décréter un deuil national implique bien évidemment la mise en berne des drapeaux sur tous les bâtiments publics mais peut aussi également entraîner une fermeture des administrations publiques, rapporte Le Parisien. Ce jeudi à midi, il y  aura un moment de recueillement dans tous les services publics.

"Conformément à la volonté du président de la République", la ministre de l'Éducation nationale, Najat Vallaud Belkacem, "demande à l'ensemble des personnels, ainsi qu'à l'ensemble des élèves et étudiants de respecter, jeudi 8 janvier à midi, une minute de silence."

07:19 Les images de l'intervention qui s'est déroulée à Reims dans la nuit de mercredi à jeudi font le tour du net.