Cannabis légalisé: l'Etat du Colorado poursuivi par ses voisins

Deux Etats voisins du Colorado ont porté plainte jeudi contre ce dernier devant la Cour suprême des Etats-Unis. L'Oklahoma et le Nebraska estiment que la légalisation du cannabis dans le Colorado nuit à leurs propres législations concernant cette substance.

20 déc. 2014, 09:49
Ce mois-ci, la question santé aborde le thème du cannabis.

L'Oklahoma et le Nebraska ont porté plainte jeudi contre le Colorado devant la Cour suprême des Etats-Unis. Ces deux Etats estiment que la légalisation du cannabis dans cet Etat qui les jouxte leur nuit. Selon eux, "le Colorado a ouvert une faille dangereuse dans le système de contrôle fédéral des drogues" établi par le Congrès.

"Grâce à cette faille, la marijuana entre dans les Etats voisins, nuisant à (leurs) propres interdictions concernant cette substance, ce qui se ressent sur leur trésorerie et met leur système de justice criminelle sous tension". La plainte longue de 83 pages est reproduite par le quotidien "Denver Post".

Le Colorado, dans l'ouest des Etats-Unis, a été en janvier dernier le premier Etat américain à légaliser la marijuana à usage récréatif, où elle était déjà autorisée pour usage médical. L'Etat de Washington (nord-ouest) lui a emboîté le pas quelques mois plus tard, tandis que le mois dernier les électeurs de la capitale fédérale américaine, Washington D.C. (est), se sont montrés, eux aussi, favorables à sa légalisation lors d'un référendum.

Guère surprenant

"Etant donné que des Etats voisins avaient exprimé leurs préoccupations sur le fait que de la marijuana cultivée au Colorado parvienne sur leur territoire, nous ne sommes pas totalement surpris par ces poursuites", a indiqué le procureur du Colorado John Suthers.

"Il semble toutefois que la principale doléance des plaignants soit la non-application des lois fédérales sur la marijuana et non le choix exprimé par les électeurs du Colorado", a-t-il nuancé.

Mason Tvert, du groupe pro-légalisation du cannabis Marijuana Policy Project, a pour sa part jugé la plainte "sans fondement". "Ces types sont du mauvais côté de l'Histoire. On se souviendra d'eux comme de ceux qui voulaient maintenir l'interdiction de l'alcool après la fin de la prohibition", a-t-il mentionné.