Brésil: un million de manifestants dans les rues

Les manifestations, notamment contre l'organisation du Mondial 2014, se poursuivent au Brésil. A Rio de Janeiro, le défilé pacifique a dégénéré.

21 juin 2013, 07:13
Les manifestations pacifiques ont dégénéré jeudi soir.

Un million de personnes ont protesté jeudi dans de nombreuses villes du Brésil. Ces manifestations ont fait des dizaines de blessés et une personne est morte renversée par une voiture. La présidente Dilma Rousseff aura une réunion de crise avec des ministres vendredi matin.

Plus de 300'000 manifestants ont défilé à Rio de Janeiro où après un début de marche pacifique des heurts violents ont éclaté devant la mairie. La police a tiré des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc. Au moins 40 personnes ont été blessées dont un journaliste de la TV Globo, touché au front par une balle en caoutchouc.

A Ribeirao Preto, dans l'Etat de Sao Paulo (sud-est), un manifestant est mort renversé jeudi soir par une voiture. Celle-ci tentait de doubler un groupe de protestataires qui bloquaient une rue.

Selon un décompte effectué par l'AFP, à partir des estimations de la police et d'experts, ils étaient notamment 110'000 à Sao Paulo, 100'000 à Vitoria, 52'000 à Recife ou 30'000 à Manaus.

A Salvador de Bahia, théâtre de la première manifestation dans l'après-midi, des affrontements violents ont également éclaté entre un partie des 20'000 manifestants et les policiers faisant quelques blessés.

Militants conspués

Pour la première fois depuis le début du mouvement il y a une dizaine de jours, des organisations de la société civile et partis de gauche ont annoncé leur intention de se joindre aux cortèges avec leurs banderoles.

Mais à Sao Paulo, des militants du Parti des travailleurs (PT, gauche au pouvoir) ont été reçus par des bordées d'invectives:" opportunistes! Partez à Cuba, Partez au Venezuela!", a rapporté un journaliste de l'AFP. Des manifestants ont également brûlé un drapeau du PT, selon des images télévisées.

Confrontée au plus vaste mouvement de protestation depuis 21 ans au Brésil, la présidente Dilma Rousseff a annulé une visite d'Etat au Japon, prévue du 26 au 28 juin. Elle a convoqué pour vendredi matin une réunion de crise avec ses ministres les plus proches, rapportent des médias brésiliens. La rencontre se déroulera à Brasilia à 09h30 (14h30 en Suisse).

Frustrations de la population

Les principales villes du pays, dont Rio et Sao Paulo mercredi, ont cédé à la revendication initiale de la rue. Elles ont accepté de revenir sur leur décision d'augmenter le tarifs des transports publics. Des annonces qui ne semblent pas suffire à calmer la fronde sociale dépourvue d'étiquette politique ou syndicale et de leaders clairement identifiés.

Ces manifestations cristallisent désormais toutes les frustrations de la population de ce pays de 194 millions d'habitants: services publics précaires comme la santé et l'éducation, corruption de la classe politique, sommes colossales - 10 milliards de francs - investies pour l'organisation du Mondial-2014 de football.