Réservé aux abonnés

Bombe sale à bord

14 mars 2008, 05:59

THÉRÈSE OBRECHT HODLER, Secrétaire générale RSF suisse

Plusieurs voyages à Tchernobyl m'ont vaccinée contre les interprétations lénifiantes de cette explosion et la tentation de croire que «cela ne pouvait arriver que là-bas», qu'après tout on a besoin du nucléaire, «l'énergie la plus propre qui soit». J'ai forcément été frappée par l'annonce, ce dimanche, du quotidien britannique «The Independent» qu'un bateau était sur le point de transporter des grandes quantités de plutonium militaire sur des centaines de kilomètres, depuis la centrale de Sellafield jusqu'en France. Il s'agirait d'une poudr...