Boeing disparu: du matériel récupéré sur le littoral australien

Des débris susceptibles de venir du Boeing 777 de la Malaysia Airlines, disparu le 8 mars dernier, ont été récupérés sur le littoral australien.
23 avr. 2014, 16:18
Les enquêteurs malaisiens travaillant sur la disparition du Boeing MH370 de la Malaysia Airlines soupçonnent le copilote de l'avion d'avoir essayé de téléphoner à l'aide de son portable après que l'appareil eut modifié sa trajectoire.

Du matériel non identifié récupéré sur le littoral australien va être examiné pour établir s'il vient du Boeing de la Malaysia Airlines, disparu le 8 mars avec 239 personnes à son bord, ont annoncé mercredi les autorités australiennes. L'Australie assure que les coûts ne feront pas obstacle à la poursuite des opérations.

La police a récupéré le matériel dans l'Etat d'Australie méridionale, a fait savoir le Centre conjoint de coordination des agences dans un communiqué.

Des débris susceptibles de venir du Boeing 777 sont signalés pour la première fois depuis le 4 avril, date à laquelle les autorités ont détecté ce qui pourrait être un signal lancé par les boîtes noires de l'appareil.

Le gouvernement malaisien a par ailleurs approuvé mercredi la constitution d'une équipe internationale pour enquêter sur la disparition du vol MH370, a indiqué le ministre des Transports Hishammuddin Hussein.

"Le principal objectif de l'équipe de recherches internationale est d'évaluer, d'enquêter et de déterminer les causes de l'accident pour que de tels accidents puissent être évités à l'avenir", a-t-il dit.

Il a ajouté que le gouvernement avait pris contact notamment avec l'entreprise pétrolière publique pour étendre les recherches à grande profondeur dans le sud de l'Océan indien.

"Nous voulons trouver cet avion. Nous voulons dire à nos amis en Malaisie et en Chine qu'il ne s'agit pas d'une question de coûts. Nous sommes soucieux de les aider dans ces circonstances tragiques", a déclaré de son côté mercredi le ministre australien de la Défense, David Johnston.

L'Australie mène les opérations pour retrouver le Boeing 777, qui avait à son bord 239 personnes, dont deux tiers de passagers chinois, alors qu'il effectuait la liaison Kuala-Lumpur/Pékin.

Après avoir changé radicalement de cap pour une raison inconnue une heure après le décollage, l'appareil se serait abîmé dans le sud de l'océan Indien, à quelque 2000 au nord-ouest de Perth (côte australienne occidentale) selon des données satellitaires.

Robot avec sonar

Des images satellitaires avaient pourtant détecté des centaines d'objets flottants.

Depuis dix jours, un robot sous-marin équipé d'un sonar, le Bluefin-21, balaye une surface de 400 km carrés délimitée à l'aide de signaux captés par les bateaux de recherche et compatibles avec des signaux émis par les batteries de boites noires.

Malgré l'échec des recherches, les enquêteurs continuent de penser que le vol MH370 s'est bien abîmé au large des côtes australiennes, a indiqué le Premier ministre du pays, Tony Abbott.

L'Australie n'abandonne pas

"L'opinion des experts est que l'avion s'est abîmé quelque part dans l'océan Indien. Ils ont identifié une probable zone d'impact de 700 kilomètres de long et de 80 kilomètres de large", a-t-il déclaré mercredi.

"Nous n'avons pas terminé les recherches. Nous n'avons encore rien trouvé mais je veux souligner que l'Australie ne se reposera pas tant que nous n'avons pas fait tout ce qui est humainement possible de faire pour résoudre ce mystère", a-t-il ajouté.

Le Bluefin-21 accomplit mercredi sa 10e plongée au fond de l'océan et a balayé plus de 80 % de la surface circonscrite par les signaux, a indiqué le centre conjoint de coordination des agences, chargé d'organiser les recherches. "Rien d'anormal n'a été détecté", a-t-il précisé.

Millions de dollars

Les experts estiment à une centaine de millions de dollars américains le coût des opérations entreprises depuis le 8 mars. Des recherches qui devraient être les plus onéreuses de l'histoire de l'aviation.