Avignon: la grève des intermittents induit l'annulation des spectacles d'ouverture

Le mouvement de grève des intermittents a eu raison des deux spectacles d'ouverture du festival de théâtre d'Avignon, dans le sud de la France. Le directeur Olivier Py a annoncé leur annulation ce vendredi.

04 juil. 2014, 12:32
Les deux spectacles d'ouverture du prestigieux festival de théâtre d'Avignon, dans le sud de la France (128'000 spectateurs l'an dernier) prévus vendredi soir ont été annulés, a annoncé le directeur du festival, Olivier Py.

Les deux spectacles d'ouverture du prestigieux festival de théâtre d'Avignon, dans le sud de la France (128'000 spectateurs l'an dernier) prévus vendredi soir ont été annulés, a annoncé le directeur du festival, Olivier Py. Le mouvement de grève des intermittents est à la base de cette décision.

L'annulation de la pièce "Le Prince de Hombourg" et du ballet "Coup fatal" fait suite à un vote des équipes, a précisé Olivier Py lors d'une conférence de presse à Avignon.

Lors d'une assemblée générale jeudi soir, la majorité des salariés du festival avaient voté pour la grève, et le vote des équipes travaillant sur les spectacles d'ouverture a confirmé vendredi cette décision.

Lors d'une assemblée générale jeudi soir, la majorité des salariés du festival avaient voté pour la grève, et le vote des équipes travaillant sur les spectacles d'ouverture a confirmé vendredi cette décision.

Prince maintenu

Cependant, en accord avec les salariés, la retransmission sur France 2 du "Prince de Hombourg", pièce mythique créée à Avignon par son fondateur Jean Vilar en 1951 avec Gérard Philipe, reste apparemment maintenue.

Chez France 2, qui peut en effet diffuser des images du spectacle déjà enregistrées, on se disait cependant "incertain", soulignant qu'il était possible de remplacer la diffusion par une fiction.

Les intermittents (artistes, techniciens, régisseurs exerçant leur activité en alternant périodes d'emploi et de chômage) dénoncent leur nouvelle convention d'assurance chômage qui durcit les conditions d'indemnisation des périodes d'inactivité, dans un secteur où l'emploi précaire est la règle.