Au moins 60 personnes tuées par des islamistes présumés

Environ 60 personnes ont été tuées dimanche par des hommes armés lors d'attaques menées dans plusieurs villages du nord-est du Nigeria.
13 avr. 2014, 22:20
People gather at the site of a bomb explosion at a road in Kaduna, Nigeria on Sunday, April 8, 2012. An explosion Kaduna in central Nigeria that has seen hundreds killed in religious and ethnic violence in recent years, causing unknown injuries as diplomats had warned of possible terrorist attacks over the Easter holiday, police said.(AP Photos/Emma Kayode)

Au moins 60 personnes ont été tuées dimanche par des hommes armés lors d'attaques menées dans plusieurs villages du nord-est du Nigeria, selon un responsable local. Ce dernier a accusé le groupe islamiste Boko Haram.

"Les assaillants, qui sont certainement des insurgés de Boko Haram, ont attaqué Amchaka et des villages avoisinants ce (dimanche) matin", avec des explosifs et en tirant sur la population, "tuant 60 personnes et en blessant plusieurs autres", a déclaré à l'AFP, Baba Shehu Gulumba, un responsable de l'administration local.

"Après ils ont tiré en tous sens sur les habitants qui essayaient de s'enfuir, tuant 60 personnes et en blessant plusieurs autres", a poursuivi ce responsable, qui s'exprimait depuis Maiduguri, la capitale de l'Etat de Borno, une région instable connue comme un fief du groupe islamiste.

Les assaillants disposaient de 4x4, de motos et de deux véhicules blindés, selon lui. D'autres sources locales ont confirmé l'attaque, sans toutefois donner de bilan. De nombreux habitants de la région se sont enfuis par peur d'une nouvelle attaque.

Insécurité

Samedi, quelque 400 étudiants ne s'étaient pas rendus à leurs examens d'entrée à l'université par peur d'attaques des islamistes, selon des responsables locaux. Les deux jours précédents, dix-neuf personnes, dont six professeurs, avaient été tuées dans trois attaques séparées dans l'Etat de Borno, attribuées à Boko Haram.

Depuis le début de l'année 2014, 1500 personnes sont mortes dans les violences secouant la région.