Attentats de Paris: la ville de Bruxelles est en niveau d'alerte maximal

La ville de Bruxelles a été placée samedi en niveau d'alerte terroriste maximal. Les autorités belges évoquent "une menace imminente". Toutes les lignes de métro resteront fermées samedi.

21 nov. 2015, 09:01
Le métro de la capitale est notamment fermé.

Toutes les stations de métro resteront fermées samedi à Bruxelles, a annoncé la compagnie publique des transports bruxellois. Cette décision intervient après que la Belgique a relevé au niveau maximal son niveau d'alerte terroriste en raison d'une menace "imminente".

"Sur recommandation du centre de crise du Service Public Fédéral Intérieur, toutes nos stations de métro (...) resteront fermées jusqu'à dimanche inclus. Ceci est une précaution", a annoncé samedi matin la compagnie des transports sur son site Internet.

Le gouvernement belge demande par ailleurs à la population d'éviter les lieux fréquentés en raison d'une menace "sérieuse et imminente".

Salah Abdeslam peut-être à Bruxelles

Les enquêteurs soupçonnent l'un des auteurs des attaques qui ont fait 130 morts à Paris et Saint-Denis il y a une semaine, Salah Abdeslam, de se trouver dans la capitale belge.

Le niveau d'alerte à Bruxelles a été relevé au niveau 4, le plus élevé, à l'issue d'une réunion rassemblant des ministres et des responsables de la police et des services de sécurité.

Matches de football reportés

Les matches de football prévus ce week-end devraient tous être reportés et toutes les manifestations publiques annulées, ont ajouté les autorités. Ces dernières ont par ailleurs ordonné le déploiement de soldats et policiers supplémentaires.

L'ensemble de la Belgique est placée en alerte de niveau 3 depuis les attentats en France. Le porte-parole du centre de crise n'a pas voulu préciser la nature de la menace qui a poussé les autorités à relever le niveau d'alerte à Bruxelles.

"Nous ne pouvons pas donner davantage d'informations. Le travail des procureurs fédéraux est toujours en cours", a-t-il expliqué.

Bruxelles n'avait pas été placée en état d'alerte maximale depuis fin 2007-début 2008, lorsque les autorités belges avaient soupçonné qu'une opération terroriste était en préparation pour libérer un islamiste tunisien, Nizar Trabelsi, condamné pour avoir planifié un attentat-suicide au camion piégé contre une base aérienne belge hébergeant des soldats américains.