Attentats de Boston: les Russes n'ont fourni que peu d'informations

A l'heure du bilan de l'enquête sur l'attentat du marathon de Boston, le FBI annonce que les Russes ne lui avaient fourni que des "informations limitées" concernant un des auteurs de l'attaque, deux ans avant les faits. Toutefois, le directeur James Comey affirme que la police fédérale américaine a agi "de manière appropriée".
12 avr. 2014, 20:56
FILE - This file photo provided Friday, April 19, 2013 by the Federal Bureau of Investigation shows Boston Marathon bombing suspect Dzhokhar Tsarnaev, charged with using a weapon of mass destruction in the bombings on April 15, 2013 near the finish line of the Boston Marathon. On Thursday, Jan. 30, 2014, U.S. Attorney General Eric Holder authorized the government to seek the death penalty in the case against Tsarnaev. (AP Photo/Federal Bureau of Investigation, File)

Dans une lettre rendue publique vendredi, James Comey confirme les grandes lignes d'un rapport encore confidentiel de l'inspection générale du renseignement, chargée d'enquêter sur le travail des autorités pour savoir si elles auraient pu déjouer l'attentat sur la base des éléments dont elles disposaient.

La Russie a rejeté les accusations samedi. "Il semble qu'on essaye de faire peser la responsabilité sur nous. Si c'est bien ça, alors nous avons affaire à un coup indigne", a lancé le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué.

"Nous n'excluons pas que sur fond de campagne antirusse aux États-Unis, en rapport avec les événements en Ukraine et en Crimée, quelqu'un essaye de blanchir les services spéciaux américains, qui n'ont pas vu qu'une attaque terroriste se préparait", a poursuivi le ministère.

Trois morts et 264 blessés

L'attentat avait fait trois morts et 264 blessés le 15 avril dernier, quand deux bombes artisanales placées dans des cocottes-minute avaient explosé quasi simultanément dans la foule, près de la ligne d'arrivée de la célèbre course.

Les Etats-Unis ont requis la peine de mort pour Djokhar Tsarnaev, âgé à l'époque de 19 ans, pour son rôle dans les explosions. Son frère, Tamerlan, 26 ans, le plus radical des deux, avait été tué lors d'une course-poursuite avec la police trois jours après l'attentat. Les deux frères étaient musulmans d'origine tchétchène.

Alertes russes

Au lendemain du double attentat, le FBI avait été mis en cause pour avoir refermé le dossier sur Tamerlan, après l'avoir interrogé, malgré les alertes du renseignement russe.

"Votre rapport confirme que les autorités russes avaient fourni des informations limitées au FBI sur Tamerlan Tsarnaev et sa mère en 2011, et que le FBI a agi de manière appropriée", a écrit le patron du FBI dans une lettre du 7 avril à l'inspecteur général.

"Le bureau de Boston du FBI a enquêté en prenant des mesures responsables et, comme vous l'avez reconnu, a généralement partagé ses informations et suivi les procédures de manière adéquate", a ajouté M. Comey.

D'après le "New York Times", les Russes avaient informé le FBI en 2011 que Tamerlan "était devenu un adepte de l'islam radical et un grand croyant" et qu'il "avait radicalement changé en 2010, au moment où il se préparait à quitter les Etats-Unis pour rejoindre des groupes clandestins non spécifiés". Mais par la suite, les Russes ont décliné plusieurs demandes d'agents du FBI de Boston.