Attentat suicide revendiqué par l'EI: 25 morts à Bagdad

Au moins 25 personnes sont mortes et 51 blessées dans un attentat à la voiture piégée perpétré à Bagdad et revendiqué par l'Etat islamique (EI). Le député chiite Ahmed al-Khafaji figure parmi les victimes.
07 août 2015, 14:20
Un attentat-suicide à la voiture piégée revendiqué par l'Etat islamique (EI) a fait au moins 25 morts et 51 blessés mardi à un poste de contrôle du quartier chiite de Kadhimiya, à Bagdad.

Un attentat-suicide à la voiture piégée revendiqué par l'Etat islamique (EI) a fait au moins 25 morts et 51 blessés mardi à un poste de contrôle du quartier chiite de Kadhimiya, à Bagdad. Un député chiite et leader d'une milice figure au nombre des morts.

Ahmed al-Khafaji, l'un des commandants de la milice Badr qui soutient l'armée irakienne dans sa lutte contre les jihadistes de l'EI, a péri dans l'attentat dans le quartier chiite de Kazimiya, ont précisé un responsable médical et un député chiite.

"Nous avons eu la confirmation qu'il a été tué, mais on ne sait pas clairement dans l'immédiat s'il était ou non la cible de l'attaque", a expliqué ce député sous le couvert de l'anonymat. Une source hospitalière a confirmé que M. Khafaji et plusieurs policiers figuraient parmi les 25 personnes tuées dans l'attentat survenu à barrage routier militaire.

Revendication

Le groupe jihadiste sunnite EI a revendiqué l'attentat dans un communiqué sur internet. Il a assuré que M. Khafaji en était la cible et que l'attaque avait été perpétrée par un kamikaze identifié comme Abou Aisha al-Samarraï.

Ahmed al-Khafaji était membre de la coalition de l'Etat de droit, principale formation chiite au Parlement, dont fait aussi partie le Dawa, parti politique du Premier ministre Haïdar al-Abadi. Mais M. Khafaji était surtout connu pour être un important chef de la milice Badr, l'une des principales milices chiites en Irak qui entretient des liens étroits avec l'Iran.

Cette milice joue un rôle prépondérant aux côtés de l'armée irakienne dans la lutte contre les jihadistes de l'EI qui se sont emparés de pans entiers du territoire irakien. La milice Badr est dirigée par Hadi al-Ameri, dont l'ambition d'accéder aux postes vacants de ministre de la Défense ou de l'Intérieur suscite des craintes dans le pays et à l'étranger.

Deuxième leader éliminé

La mort de M. Khafaji constitue la deuxième élimination d'un responsable irakien revendiquée par l'EI en trois jours. Dimanche, le groupe jihadiste a affirmé avoir tué le chef de la police de la province d'Al-Anbar.

Le quartier de Kazimiya, où se trouve l'un des sanctuaires les plus sacrés de l'islam chiite, a été frappé trois fois en quatre jours par des attentats. Lundi, au moins 43 personnes avaient péri dans trois attentats à Bagdad, dont deux, dans les quartiers chiites de Sadr City et Kazimiya, revendiqués par l'EI.

Les attentats-suicide se sont multipliés ces dernières semaines en Irak, notamment dans la capitale irakienne farouchement défendue par les forces de sécurité, alors que les jihadistes de l'EI contrôlent de vastes régions du pays au nord, à l'ouest et à l'est de Bag