Annemasse: attaque du bureau de poste à l'explosif samedi matin

Deux individus ont tenté d'attaquer le bureau de poste principal d'Annemasse à l'explosif samedi matin à Annemasse en Haute-Savoie. Mais ils se sont enfuis sans butin.

01 sept. 2013, 08:50
La poste principale d'Annemasse, près de Genève, a été victime d'une attaque à l'explosif samedi matin.

Deux individus vêtus de combinaisons blanches ont tenté d'attaquer le bureau de poste d'Annemasse (Haute Savoie) à l'explosif samedi matin vers 8h15, rapporte le Dauphiné Libéré sur son site. Ils ont tenté de briser la vitre blindée de l'entrée avant de s'introduire dans les locaux.

Cependant, bien que l'établissement n'était pas encore ouvert au public, sept employés postaux étaient eux bien présents avant l'ouverture des portes.

Ils ont alors menacé une postière pour qu'elle leur ouvre la porte de la salle du coffre. Mais cette dernière leur a expliqué qu'elle n'y était pas habilitée. Les deux individus ont alors pris la fuite à bord d'un scooter sans butin.

Si personne n'a été blessé durant cette attaque qui n'a duré que quelques instants, les employés ont néanmoins été traumatisés par l'explosion. L'une des salariées a eu le temps d'apercevoir des armes de poing chez les deux agresseurs.

Les employés, dont une femme enceinte ont été pris en charge par les policiers et les ambulanciers dès leur arrivée sur les lieux.

La police judiciaire d'Annecy était occupée samedi à collecter les premiers indices et à auditionner les employés. Les caméras de surveillance de l'établissement leur permettront de prélever de précieux indices.

C'est la quatrième agression subie par la Poste principale d'Annemasse près de la frontière genevoise, en plein coeur du quartier du Perrier. Le dernier acte remonte à l'été, lorsqu'un distributeur automatique de billets a été attaqué à l'explosif. L'enquête déterminera si il s'agit des mêmes individus qui sont les auteurs de ces deux agressions.

Cet établissement de poste sera fermé au moins jusqu'à mercredi. Quant aux salariés, ils seront pris en charge par une cellule d'accompagnement psychologique.