Alors que l'Ukraine est sous tension, Ianoukovitch se rend aux JO de Sotchi

Vladimir Poutine a accueilli jeudi soir le président ukrainien Victor Ianoukovitch à Sotchi sur un fond de tensions.

07 févr. 2014, 07:03
Le président ukrainien, Viktor Ianoukovitch, est arrivé jeudi soir à Sotchi pour rencontrer son homologue russe Vladimir Poutine, selon une source bien informée qui s'est refusée à indiquer quand les deux présidents pouvaient se voir.

Le président ukrainien, Viktor Ianoukovitch, est arrivé jeudi soir à Sotchi pour rencontrer son homologue russe Vladimir Poutine, selon une source bien informée qui s'est refusée à indiquer quand les deux présidents pouvaient se voir. Ces entretiens "peuvent se tenir désormais à n'importe quel moment", a-t-on ajouté.

Au cours des deux derniers jours, Moscou a adressé au président ukrainien des mises en garde répétées contre un changement de cap, sous-entendant que la Russie ne maintiendrait son aide de 15 milliards de dollars à l'Ukraine et la baisse de 30% du prix du gaz qu'à condition que Kiev respecte ses engagements.

Dans une Ukraine secouée depuis plus de deux mois par un bras de fer interminable avec l'opposition parlementaire et les contestataires occupant le centre de Kiev, M. Ianoukovitch a déclaré qu'il souhaitait procéder "le plus rapidement possible" à une réforme constitutionnelle, "dans le respect de toutes les procédures".

C'est un point de divergence potentiel pour l'opposition. Celle-ci souhaite un retour rapide à la Constitution de 2004 afin de réduire les pouvoirs présidentiels, tandis que le chef de l'Etat voudrait faire rédiger un nouveau texte.

M. Ianoukovitch a aussi annoncé que "des mesures seraient prises prochainement pour accélérer la remise en liberté" des manifestants arrêtés lors des heurts avec la police. Ces violences avaient marqué un tournant dans la crise déclenchée fin novembre à la suite de l'abandon par le président d'un accord d'association avec l'UE.

Explosion à Kiev

A Kiev, deux opposants ont été blessés jeudi par l'explosion d'un colis piégé, a indiqué la police. Un homme était en train d'ouvrir un colis marqué "médicaments" et faisant partie des nombreux dons reçus par l'opposition lorsque l'explosion s'est produite, lui arrachant la main et le blessant au visage, a rapporté la police. Un adolescent de 15 ans a été aussi touché et brûlé aux yeux.