Air France: le dialogue entre la direction et les pilotes est renoué

Les chemises déchirées et les coups en guise de négociations, c'est du passé. La direction d'Air France et le syndicat des pilotes ont renoué le dialogue afin de parvenir à se mettre d'accord sur une éventuelle réduction du plan de licenciements.

09 oct. 2015, 15:13
Le siège d'Air France à Roissy, théâtre de la reprise des négociations entre la direction et les syndicats de pilotes.

Quatre jours après les violences spectaculaires qui ont interrompu son comité central d'entreprise (CCE), la première rencontre entre Air France et ses pilotes s'est "très bien passée". Un premier pas vers une reprise des négociations pour éviter d'appliquer la totalité du plan de 2900 suppressions de postes.

"Cela s'est très bien passé", a glissé à l'AFP Philippe Evain, président du SNPL Air France (65% des voix), à l'issue de la réunion. Ce fut "apaisé", relatait une source proche de l'entreprise.

"On va continuer à travailler ensemble pour fixer le cadre des négociations à venir", a rapporté Véronique Damon, autre porte-parole du SNPL, refusant toutefois de dire si un autre rendez-vous était programmé.

Le PDG d'Air France-KLM, Alexandre de Juniac, le président d'Air France, Frédéric Gagey, et les représentants des deux syndicats de pilotes (SNPL, majoritaire, et Spaf) ont discuté pendant deux heures dans les locaux de la compagnie, aux Invalides, dans le centre de Paris.

Chemise arrachée

Etait présent le directeur des ressources humaines, Xavier Broseta, dont l'image de la chemise arrachée lundi par des salariés en colère en marge d'un comité central d'entreprises (CCE) a fait le tour du monde, éclipsant la manifestation inédite de 2500 salariés et suscitant un concert d'indignations politiques.

Les discussions avaient jusqu'à présent échoué sur la principale demande de la compagnie: faire voler les navigants une centaine d'heures de plus par an (+14% à 18% selon les vols), à salaire égal.

Entre la direction et le SNPL, en bisbilles sur l'application des dernières mesures du précédent plan, le dialogue est très mauvais depuis la grève des pilotes il y a un an. Il était totalement rompu depuis le 30 septembre, quand la direction a sonné "l'échec" des discussions.

Question de sureffectif

Faute d'accord, Air France a remisé son plan de productivité et de croissance initialement prévu, "Perform 2020", et annoncé un plan "alternatif" de réduction de voilure sur le long-courrier en deux phases: cinq avions en moins en 2016, des réductions de fréquences et la non entrée dans la flotte de Boeing 787. Puis en 2017 la sortie de neuf autres appareils et la fermeture de cinq lignes en Asie.

En tout, la compagnie a chiffré le sureffectif à 2900 postes (300 pilotes, 900 hôtesses et stewards, 1700 au sol).

La deuxième phase du plan pourrait être évitée en cas d'accord sur de nouveaux efforts de productivité. De sources syndicales, Air France donne trois mois aux syndicats de navigants (pilotes, hôtesses et stewards) pour y parvenir.