Agriculture: le glyphosate sera interdit en France d'ici 2022

Le glyphosate sera interdit en France pour tous les usages d'ici 2022, a annoncé lundi le porte-parole du gouvernement. Il évoque une volonté d'investir et de trouver des produits de substitution.
25 sept. 2017, 10:09
"Le Premier ministre a (...) arbitré pour faire en sorte que ce produit soit interdit en France, ainsi que tous ceux qui lui ressemblent et qui menacent la santé des Français, d'ici la fin du quinquennat", a déclaré M. Castaner sur BFMTV et RMC.

Le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner a annoncé lundi que le Premier ministre avait "arbitré" pour que le désherbant glyphosate "soit interdit en France. Cette mesure concerne tous les usages, y compris en agriculture.

"Le Premier ministre a (...) arbitré pour faire en sorte que ce produit soit interdit en France, ainsi que tous ceux qui lui ressemblent et qui menacent la santé des Français, d'ici la fin du quinquennat", a déclaré M. Castaner sur BFMTV et RMC.

Le porte-parole a répondu par l'affirmative à la question de savoir si l'interdiction concernerait tous les usages, y compris par les agriculteurs. "Aussi, avec cette volonté d'investir et de trouver des produits de substitution, nous savons que nous pouvons le faire", a -t-il dit.

 

 

Interrogé sur la possibilité qu'il n'y ait donc plus de glyphosate en France avant la fin du quinquennat, il a répondu: "C'est l'engagement qu'Edouard Philippe confirmera dans les heures qui viennent et l'arbitrage qu'il a rendu ce week-end".

Matignon a indiqué lundi matin que le Premier ministre avait demandé aux ministères de l'Agriculture et de la Transition écologique de lui présenter "les conditions d'un plan de sortie" du désherbant controversé pour l'usage agricole "avant la fin de l'année".

Pas d'interdiction en Suisse

En Suisse, une interdiction du glyphosate n'est pas à l'ordre du jour. Le directeur de l'Office fédéral de l'agriculture Bernard Lehmann l'a répété le 6 septembre en présentant un plan d'action pour réduire les pesticides dans l'agriculture.

Et la semaine dernière, le Conseil national a rejeté une motion demandant aux autorités de faire la lumière sur la toxicité du glyphosate et d'observer le principe de précaution en suspendant la vente de ce pesticide. Des mesures seront prises si de nouvelles études scientifiques démontrent la nécessité d'agir, a fait savoir le ministre de l'économie Johann Schneider-Ammann.