Affaire Sarkozy: "Le Monde", qui assure que ses journalistes ont été espionnés, porte plainte

Querelles de journaux en France autour de l'affaire Bygmalion qui vise l'ancien président Sarkozy. "Le Monde" accuse "Valeurs actuelles" d'avoir espionné ses journalistes.
07 août 2015, 14:20
Pour "Le Monde", ses journalistes ont été espionnés afin de discréditer leur travail d'enquête sur Sarkozy.

Le Monde a dénoncé mercredi la publication d'un article de Valeurs Actuelles détaillant le travail de deux de ses journalistes d'investigation concernant Nicolas Sarkozy. Il va demander l'ouverture "d'une enquête pour espionnage et déposer une plainte pour diffamation et injure".

"Au vu de l'article de Valeurs Actuelles, il apparaît maintenant que les faits et gestes de nos collaborateurs étaient surveillés et qu'ils ont été probablement suivis", déplore Gilles Van Kote, directeur du Monde, dans un éditorial.

Valeurs Actuelles a publié mardi soir sur son site des extraits d'un article qui doit être publié en intégralité dans son édition de jeudi. Les auteurs de l'article affirment que deux journalistes du Monde, Gérard Davet et Fabrice Lhomme, ont été reçus début octobre au Pôle financier de Paris, "lieu en théorie impénétrable par des journalistes", dans le cadre d'une enquête sur l'affaire Bygmalion.

Règles déontologiques violées

"Au mépris de toutes les règles déontologiques, une partie de leurs rendez-vous professionnels y sont détaillés, relatés par le menu", explique M. Van Kote. "Faute de pouvoir réfuter nos informations sur le fond, l'hebdomadaire préfère s'en prendre à nos sources et tenter de discréditer notre travail", ajoute-t-il. Selon lui les "méthodes" de Valeurs Actuelles "constituent une atteinte au secret de nos sources totalement inacceptable".

"Je constate dans l'éditorial du Monde qu'ils ne démentent aucun des éléments factuels de notre papier sur les moyens que le pouvoir donne à leurs deux journalistes pour enquêter sur Nicolas Sarkozy", a commenté à l'AFP Yves de Kerdrel, directeur de Valeurs Actuelles.