Affaire Khashoggi: Ryad admet que le journaliste saoudien a été tué au consulat à Istanbul

L’Arabie saoudite a reconnu que Jamal Khasgoggi, journaliste saoudien, a été tué à l’intérieur du consulat saoudien à Istanbul. Selon Ryad, son décès serait dû à une rixe, niant ainsi l’ordre d’assassinat.

20 oct. 2018, 08:51
Le journal Yeni Safak a retranscrit des extraits d'un enregistrement audio indiquant, selon lui, que M. Khashoggi a été interrogé et torturé.

L’Arabie saoudite a reconnu samedi que le journaliste saoudien Jamal Khashoggi, porté disparu depuis le 2 octobre, a été tué à l’intérieur du consulat saoudien à Istanbul. Ryad a toutefois nié que le royaume wahhabite a ordonné son assassinat.

Selon les premiers résultats de l’enquête saoudienne, M. Khashoggi est mort à la suite d’une bagarre avec des personnes, qui l’ont rencontré dans le consulat. En déplacement électoral dans l’Arizona, le président américain Donald Trump a jugé que les explications saoudiennes étaient «crédibles».

 

«Encore une fois, il est tôt. Nous n’avons pas fini notre évaluation ou enquête, mais je pense qu’il s’agit d’un pas très important», a-t-il ajouté en allusion aux révélations saoudiennes. Le milliardaire républicain a encore dit ne pas vouloir que d’éventuelles sanctions contre Ryad affectent les contrats d’armements.

Le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, s’est en revanche déclaré «profondément troublé». Il a appelé à une enquête «approfondie et transparente». L’Arabie saoudite avait jusqu’alors déclaré que le journaliste était ressorti du consulat saoudien à Istanbul peu après y être entré.

 

 

Salman pas au courant

Un représentant saoudien informé de l’avancée de l’enquête a affirmé qu’aucun ordre d’enlèvement ni d’assassinat n’avait été donné par le royaume. Le prince héritier Mohamed ben Salman ne savait pas qu’une opération spécifique serait menée au consulat saoudien d’Istanbul, a ajouté la même source.

Selon le parquet national saoudien, une dispute a éclaté entre Jamal Khashoggi et des personnes rencontrées dans le consulat saoudien à Istanbul, ce qui a conduit à son décès. Dix-huit ressortissants saoudiens ont été arrêtés pour le moment. L’enquête se poursuit, est-il ajouté dans le communiqué diffusé par la presse officielle saoudienne.

Jamal Khashoggi n’avait plus donné signe de vie depuis qu’il s’était rendu, le 2 octobre, au consulat saoudien à Istanbul pour obtenir des documents nécessaires à son mariage.

Le journal Yeni Safak, proche du pouvoir turc, a retranscrit mercredi des extraits d’un enregistrement audio indiquant, selon lui, que M. Khashoggi a été interrogé et torturé. Le journaliste a été tué en quelques minutes, a-t-il précisé, puis ses bourreaux l’ont décapité et démembré.

 

Malaise

Le malaise provoqué par la disparition du journaliste Jamal Khashoggi a gagné le milieu des affaires, poussant de nombreux dirigeants d’entreprises et de banques à annoncer leur retrait d’une conférence internationale sur l’investissement, qui aura lieu du 23 au 25 octobre à Ryad.

La police turque, qui recherche toujours le corps de M. Khashoggi, a procédé vendredi à des fouilles dans une forêt située aux abords d’Istanbul et dans une ville proche de la mer de Marmara, a-t-on appris auprès de responsables turcs. Les procureurs ont pour leur part interrogé une vingtaine d’employés turcs du consulat.